Compte rendu de la Woof Run

Je vous ai beaucoup parlé de la Woof Run dernièrement, surtout sur les réseaux sociaux. En effet, avec l’humaine, on était les ambassadeurs de l’événement qui a eu lieu le 2 juin. C’était la première édition de cette course à obstacles où chiens et maîtres font équipe pour finir au plus vite un parcours de 5 kilomètres à sauter, ramper, nager et surtout courir.

andreea-77319709454586677748.jpg
Crédit photo : Lola Ledoux

L’humaine n’était pas encore autorisée par son kiné pour reprendre le running, c’est donc l’humain qui s’est collé à la tâche. Il faut dire que même s’il n’aime pas courir, habituellement, il a beaucoup aimé partagé cette expérience, parce que c’est avec moi qu’il a été en binôme.

La Woof Run, un canicross pas comme les autres 

La Woof Run a eu lieu dans un cadre magnifique, sur le domaine du château de Bertichères, à un peu plus d’une heure de Paris. Comme on avait rendez-vous très tôt le matin de la course, on a pris un Airbnb dans le coin la veille, pour éviter une nuit trop courte. Ca a été ma toute première nuit ailleurs avec les humain et la nouvelle mini-humaine. Et il n’y avait que nous 4, car Loulou est restée garder son précieux canapé et roupiller dessus.

runwithurdog woof run

A 7h30 on avait rendez-vous avec W9 qui venait nous suivre pendant toute la journée pour réaliser un reportage. En arrivant, on a croisé ma copine Lola Ledoux, photographe officielle de l’événement et La mini meute. Très vite, les humains ont commencé le tournage avec la journaliste et moi j’ai fait du baby sitting en me préparant pour le canicross.

Passage rapide dans le village pour récupérer le dossard, contrôle vétérinaire dans la foulée, on a croisé pas mal d’abonnés super sympas en attendant le départ, papoté avec des insta-copains, les organisateurs et les volontaires des Canipirates.

runwithurdog woof run
Crédit photo : Lola Ledoux

Beaucoup de surprises et de fun

L’humaine a ensuite fait l’échauffement sur une scène improvisée, s’est bien amusé de voir que l’humain et moi n’étions pas à fond dans les sauts comme les autres participants et nous a vite remis sur le droit de chemin 😀 Juste avant le départ, deux stars de Youtube ont débarqué avec leurs chiens : Natoo et Squeezie. Vous pouvez d’ailleurs voir la vidéo qu’ils ont tournée par ici.

La course a été super, plein d’obstacles fun qu’on a franchi sans problèmes avec l’humain, même si je n’étais pas au top de ma forme à cause d’un petit souci d’épaule qui m’embête un peu depuis quelque temps. D’ailleurs, après la course j’ai profité d’un petit massage de remise en forme de la part de mon ostéopathe Mathilde. Et pendant la course, je me suis arrêté pour boire dans la petite rivière qu’on a croisée, pour le plus grand désespoir de l’humain qui avait envie de finir dans les premiers.

wouf-1596909667041015126171.jpg
Crédit photo : Lola Ledoux

L’une sur l’autre, cette première édition de la Woof Run a été géniale : on a couru, on a rigolé, on a profité du beau temps avec les humains, on a vu et revu des gens cool qu’on connaît depuis les réseaux et on a même ramené une autre jolie médaille à notre collection. J’ai hâte déjà qu’on soit à la deuxième édition. Je vous laisse découvrir tout ça en images, car j’ai été caméraman en plus d’être participant à ce super canicross à obstacles. Pas des meilleurs, si on écoute l’humaine. Mais moi je trouve que je m’en suis sorti pas mal. Qu’en pensez-vous ?

Whiskey

Publicités

Courir avec son chien – mais pourquoi ?

Mon humaine a toujours aimé le syntagme latin mens sana in corpore sano – un esprit sain dans un corps sain. Si elle pouvait, elle se le tatouerait sur le front. Elle est convaincue qu’un corps harmonieux, musclé et endurant apporte une bonne estime de soi et un état d’esprit positif. Et je ne sais pas pour vous, mais elle, c’est ce qu’elle cherche dans la vie.

Elle dit que le sport est un moyen d’être en bonne santé et de cultiver le goût pour l’effort, une qualité essentielle chez l’être humain. Surtout parce que nous vivons à l’époque de l’immédiat, du « tout à un click distance » et les humains ont régulièrement besoin qu’on leur rappelle que les choses importantes, celles qui valent vraiment la peine, sont, la plupart du temps, des procès de longue durée. Un corps, une relation, une carrière, un enfant, tout ça prend du temps à se construire et évolue petit à petit et surtout en permanence.

runwithurdog canicross
Photo crédits Lola Ledoux Photographe

Le sport en général et le running en particulier nous ont permis de faire de belles rencontres et de transformer des relations existantes en relations encore plus profondes et significatives. Avec l’humaine, nous avons commencé à courir ensemble il y a près de 4 ans maintenant, deux débutants qui ont découvert patte dans la main les joies et les tristesses de ce sport.

Nous avons parcouru des milliers de kilomètres depuis et nous avons surtout appris beaucoup de choses l’un sur l’autre et sur nous-mêmes. A travers le canicross, nous avons découvert des super pouvoirs qu’on ne pensait pas avoir et on a réussi à surpasser des épreuves, atteindre des objectifs, continué à grandir.

runwithurdog Andreea Whiskey dog love
Photo crédits Lola Ledoux Photographe

Ca nous a transformé en véritable équipe. Je suis sa motivation et son garde du corps : impossible de se dégonfler pour une sortie quand elle me l’annonce et impossible aussi de se faire embêter par des « importuneurs » opportunistes quand je suis à ses côtés (les filles sauront de quoi je parle). Elle est mon running buddy, ma partenaire de fun et de folie et parfois mon boulet. Mais, ensemble, il n’y a rien qui nous arrête. Je l’ai accompagnée jusque là sur 2 prépas marathons complètes et je ne sais plus combien de semi-marathons, 15km, 10km, courses d’obstacles.

runwithurdog courir avec son chien
Photo crédits Lola Ledoux Photographe

Notre blog et compte Instagram ont un seul objectif : rendre un peu de ce bonheur qu’on a la chance de vivre, de cette motivation sans limite qu’on se transmet au quotidien, cette joie de partager avec mon humaine et avec vous les réussites et aussi les échecs d’un duo qui a envie de se surpasser et se démontrer qu’on est ce qu’on choisi d’être. Ensemble on est plus forts.

Alors si vous avez un chien, petit ou grand, mais en bonne santé, sortez jouer, le balader, courir avec lui. Sortez. Bougez. Partagez ! Et si vous avez envie de vous mettre au sport, de changer votre vie pour de bon, d’arrêter de procrastiner et vous dire que vous commencerez une nouvelle vie lundi prochain, prenez un chien. Vous n’aurez plus le choix.

Whiskey

Top 5 des choses qui manquent à mon humaine depuis qu’elle est enceinte

Depuis qu’elle a appris l’existence du petit têtard,  l’humaine a commencé a se renseigner sur ce que sa nouvelle condition supposait. Et plus elle lisait d’articles sur internet ou des pages d’un énorme bouquin écrit pour des humains qui attendent des têtards, plus elle râlait. Je me suis dit qu’il allait y avoir du changement et que ça ne lui plaisait pas forcément.

En effet, plusieurs choses lui sont désormais interdites pendant quelques mois et mon humaine n’aime pas qu’on lui dise ce qu’elle a à faire. Après on dit que c’est moi qui ai un problème avec l’autorité !

En plus des changements physiques que faire pousser un autre être vivant dans son corps impliquent, les changements de sa routine quotidienne lui déplaisent également.

Je l’écoute se plaindre et j’ai même fait un top des 5 choses qu’elle a trop hâte de retrouver. Je les mis dans l’ordre de l’importance qu’elle leur accorde et je rigole intérieurement, mais je n’ose pas trop rire trop fort en vrai, elle me fait peur depuis qu’elle grogne plus que Le Coussin péteur 😀

1. Ses abdos

Bien évidemment. Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre par rapport à ce six pack, sérieux ? Je vous montrais dans un autre article l’avant / après de ses fameux abdos. J’avoue que je ne comprends pas l’obsession de l’humaine pour des muscles sculptés, mais j’ai tout de même compris que ça venait de sa conviction que rien de ce qui vaut vraiment la peine n’arrive facilement. La culture du travail, du sacrifice, de l’acharnement, je connais aussi, en tant que chien de berger.

sshot-1

2. La corde à sauter, la boxe, la plyométrie…

…et tous les sports à impacts. Tout ce qui saute, qui fait transpirer, qui fait mal, qui donne des courbatures de l’espace. Tout ce qu’elle aime, quoi. Quand une humaine est enceinte, elle a interdiction formelle pour ce genre de chose. Et la mienne en souffre beaucoup, car c’est dans sa nature de rebondir comme un ressort et taper dans des sacs pleins de sable.

sshot-4

3. Les huîtres

Oh les huîtres, ce bonheur au goût des vagues, elle en raffole l’humaine. Ça et tous les fruits de mer.  Elle ne peut plus en manger, car elle n’est pas immunisée à la toxoplasmose. Ce que je trouve bizarre, car elle a souvent eu des chats à la maison, elle s’est fait griffer plein de fois et elle a changé de très nombreuses litières. Ah, les chats, ces êtres mesquins, n’ont même pas eu la décence de lui faire cadeau d’une maladie.

4. Dormir sur le ventre 

Depuis qu’elle était un petit têtard elle-même, l’humaine dort sur le ventre. Ok, ce n’est pas l’idéal pour le dos, pour l’estomac, le cœur et je ne sais plus quoi d’autre, mais, pour elle, il n’y a que ça de vrai. Ses parents ont tout essayé pour qu’elle y renonce, rien à faire, l’humaine tournait dans sa position préférée même quand elle arrivait à peine à tourner sa tête.

Maintenant, vas dormir sur le ventre quand ton ventre précède ton corps lorsque tu rentres dans une pièce. Elle a réussi à le faire jusqu’à il n’y a pas longtemps, mais depuis quelques jours ça devient mission impossible. Tristesse.

sshot-3

5. Prendre des risques 

Mon humaine aime bien les sensations fortes, les chicken games, les course d’obstacles, l’inutile prise de risques et tout ce qui peut lui rappeler qu’elle est libre et vivante. Et encore une grande ado rebelle dans sa tête, accessoirement. Elle est un peu casse-cou et aime bien provoquer la chance et même d’autres humains, quand ils ont une attitude inappropriée.

Par exemple, elle n’hésite pas à traiter de gros porc un lourdingue qui la dévisage pendant qu’on court ou à taper un scandale quand une petite mamie se fait doubler dans la file d’attente à la Poste. Et même si je suis d’accord avec elle, je me dis qu’elle est quand même toute petite… Mais elle s’en fout de prendre ou de donner des coups, mon humaine. Eh bien, plus maintenant. Car le petit têtard pèse dans sa prise de décision et elle est devenue plus… raisonnable. Ce qui ne lui plaît pas, car elle a l’impression de s’être transformé en petit être fragile, alors qu’elle a l’esprit d’un rottweiler enragé 😀

 

Voilà donc que la grossesse est pour mon humaine pire que sa blessure au genou qui l’a empêchée de courir pendant plus de 7 mois. Sympa pour le petit têtard, il est considéré pire qu’une bursite 😀 Tant qu’elle ne parle pas de moi comme ça, ça me va. Avez-vous aussi des frustrations de ce genre en période de blessure ?

Whiskey

J’ai testé la laisse Lishinu

Ma passion pour le dog running est presque aussi grande que la passion de mon humaine pour les accessoires. Que ce soit pour elle ou pour moi, elle adore les nouveaux gadgets pour la course à pied, le canicross et le fitness. D’ailleurs son salaire part souvent en fumée et équipement sportif 😀

Nous avons récemment eu l’occasion de tester un nouveau concept de laisse de canicross, qui est la plus petite laisse hands free (ou mains libres si vous préférez) du monde. Ce système a été crée il y a deux ans et j’ai trouvé l’idée bien originale, car elle permet aux humains de courir avec nous ou nous balader autrement.

Une laisse de canicross mains libres – une bonne nouvelle pour notre pratique sportive ?

Comment fonctionne la laisse Lishinu ? Tout d’abord, si vous vous demandez, ça se prononce comme « leash in you » et le concept est tout à fait là : une laisse qui fait partie de l’humain, une prolongation de son corps, si on veut. Et pour le fonctionnement, eh bien c’est simple : l’humaine accroche à son poignet un bracelet en néoprène, bien doux et bien ergonomique. Sur ce bracelet, une bobine de corde très résistante qui fait 3 mètres au total et qui se rétracte ou qui avance à mon rythme.

Le système est compété par une partie élastique, spécialement conçue pour limiter les à coups et ne pas faire du mal aux articulations de l’humaine lors de mes accélérations inattendues. Cette partie est aussi réfléchissante, ce qui est sympa quand on court le soir ou tôt le matin, on peut nous voir de loin. Et, aussi, c’est assorti à tous les vêtements fluo de l’humaine.

Un mécanisme de sécurité permet à l’humaine de stopper de manière nette mes élans et ça marche aussi avec un mouvement sec du poignet, ce qui est plutôt intuitif pour les humains. Si besoin, le bracelet, qui est fixé à l’aide d’un scratch,  peut être enlevé d’un seul geste, car, soyons honnête, la sécurité passe avant tout.

L’idée de cette nouvelle laisse est née en Slovenie, quand son créateur a vécu une expérience plutôt angoissante : il a perdu son chien ! Je n’ai jamais perdu mon humaine, personnellement, mais je ne voudrais pas être à la place de ce pauvre clébs qui a été seul, désespéré et affamé pendant 4 jours avant d’être retrouvé.  Alors là, je veux bien croire que par la suite il a préféré rester attaché à son humain à travers cette corde rétractable. Au moins de cette façon il a la liberté de bouger comme il veut, mais ne peut pas trop s’éloigner de son humain quand même.

Pour les balades et les randonnées, cette laisse Lishinu est juste parfaite

L’humaine a l’air apprécier un peu moins que moi ce nouveau joujou pour le canicross. Elle dit qu’il est vachement plus chouette en balade. Et avec Loulou. Pour me rendre jaloux, je crois. Bon, je peux comprendre que mon caractère impulsif ne soit pas vraiment compatible avec une laisse qui me donne beaucoup de liberté. De son point de vue, je veux dire. Car pour moi, c’est un pur bonheur 😀

Mais ce qu’elle expliquait à ses copines passionnées par notre sport également, est que le moment où je commence à tirer quand la corde est complétement tendue est assez surprenant, car, avec les laisses de canicross classiques, le point de pression est au niveau du bassin, alors qu’avec la laisse Lishinu, il est au niveau du poignet, donc elle a moins de stabilité et un centre de gravité moins bas. C’est peut être juste une question d’habitude ou de gainage ?

Ce qu’elle a vraiment apprécié par contre est la légèreté de ce système et la liberté de mouvement qu’il lui offre. La longueur de la longe est plus importante que sur nos autres équipements et j’en suis ravi. Il n’y a rien de plus emmerdant que de vouloir sentir un buisson duquel l’humaine ne veut pas s’approcher. Eh bien avec cette laisse je n’ai plus ce problème.

Je pense tout de même qu’avec un chien moins grand ou en tout cas plus docile, cette laisse est un vrai bonheur. Car l’humaine l’a testé avec Loulou aussi et elle a été plus que ravie. D’ailleurs, bien plus qu’après l’avoir utilisée avec moi… Je n’aime pas ça, mais je comprends que les esprits rebelles comme le mien ne peuvent pas être apprivoisés avec des outils aussi simples. La laisse a été testée et validée avec des chiens qui font jusqu’à 30 kilos, apparemment et je n’en suis pas loin haha. Eh oui, madame, belle bête !

Et vous, que pensez-vous de ce modèle de laisse ? Si le sujet vous intéresse, sur notre Instagram il y a un concours jusqu’au dimanche 1er octobre, pour vous en faire gagner deux. N’hésitez pas à me donner votre avis 😉

 

Je suis dans PlanetDogMag

Quand on rencontre des journalistes passionnés, on se sent vite à l’aise pour raconter sa vie. Ou, de moins, c’est l’impression que j’ai, suite à une autre expérience médiatique. Eh oui, mon humaine a eu encore l’occasion de s’exprimer sur notre relation et nos aventures et cette fois-ci elle l’a fait sur 6 pages rien que pour nous !

Il paraît que je fais le buzz sur Instagram

Mais ne me demandez pas ce que ça veut dire, faire le buzz, parce que je n’en sais rien. C’est PlanetDogMag qui me l’a appris. Et dire que j’étais célèbre dans mon voisinage et que je n’étais même pas au courant ! En tout cas, vous comprendrez peut-être mieux que moi de quoi il s’agit, je vous laisse découvrir le sujet dans cet article. On parle de moi de la page 26 à 31 😉

Les jolies photos qui illustrent l’article sont prises par ma copine Lola Ledoux 🙂 J’ai déjà compris pourquoi elle fait le buzz, elle 😀 Bonne lecture !

PDM1

PDM2

PDM3