Qu’est-ce qui a changé dans ma vie depuis que l’humaine est enceinte

Les humains n’ont pas les sens très développés, je vous le dis. Mon humaine n’a eu aucun mal à duper son entourage pendant plus de 3 mois avant de leur révéler l’existence du petit têtard, mais on ne me la fait pas, à moi. Je l’ai tout de suite senti. Et, dès que je l’ai su, mon comportement envers l’humaine a changé.

Je la colle – pour la protéger, évidemment, c’est important de la surveiller de près et voir s’il ne lui manque pas quelque chose. Des fois, elle me boude et me ferme la porte des toilettes dans le nez, mais, en vrai, je sais qu’elle aime bien mon attention et je redouble d’efforts.

Je ne tire plus quand on fait nos sorties de canicross – impossible à Paris de courir en libre, alors mon humaine m’a bien brieffé, il ne faut plus que je la traîne avec des pointes à 20km/h, elle n’a plus la même vitesse de réaction et elle risquerait de tomber comme une crêpe, ce qui ne lui poserait pas de problème en temps normal, mais, avec le têtard en route, c’est pas une super option. Quand on court, je tourne systématiquement la tête pour voir si elle arrive à suivre et, si ce n’est pas le cas, je calme le jeu. Faut dire qu’on traîne un peu la patte en ce moment, mais bon.

Je lui fais des cadeaux – je lui ramène tous mes jouets et des balles encore plus qu’avant. Mais pas que : des fois, c’est plutôt des feuilles et des petites branches, histoire qu’elle puisse se construire un nid, je n’en vois toujours pas un et ça commence à m’inquiéter. Où est-ce qu’ils vont mettre le bébé quand il sera là ?

Je mets mon museau sur son ventre – avec Loulou on s’alterne pour que ce soit équitable, mais des fois on est là, tous les deux, collés sur le ventre de l’humaine, en guéant les mouvements du petit têtard.

La première fois que je l’ai senti, ça m’a beaucoup intrigué. J’ai levé la tête et puis reposée plusieurs fois pour vérifier que je ne m’étais pas trompé : si, ça avait bel et bien bougé. Ça m’a fait couiner d’incompréhension et regarder l’humaine de manière insistante, pour qu’elle m’explique. Je n’ai pas tout suivi, mais il paraît que c’est normal.

L’humaine dit que je suis archi-mignon et méga-chiant à la couver comme ça, mais je prends mon rôle très au sérieux. Je ne laisserai personne lui faire du mal pendant qu’elle porte le têtard, ça n’a déjà pas l’air très évident pour elle, je fais donc tout pour lui faciliter la tâche. Je suis un soldat en mission.

Whiskey

Publicités

Top 5 des choses qui manquent à mon humaine depuis qu’elle est enceinte

Depuis qu’elle a appris l’existence du petit têtard,  l’humaine a commencé a se renseigner sur ce que sa nouvelle condition supposait. Et plus elle lisait d’articles sur internet ou des pages d’un énorme bouquin écrit pour des humains qui attendent des têtards, plus elle râlait. Je me suis dit qu’il allait y avoir du changement et que ça ne lui plaisait pas forcément.

En effet, plusieurs choses lui sont désormais interdites pendant quelques mois et mon humaine n’aime pas qu’on lui dise ce qu’elle a à faire. Après on dit que c’est moi qui ai un problème avec l’autorité !

En plus des changements physiques que faire pousser un autre être vivant dans son corps impliquent, les changements de sa routine quotidienne lui déplaisent également.

Je l’écoute se plaindre et j’ai même fait un top des 5 choses qu’elle a trop hâte de retrouver. Je les mis dans l’ordre de l’importance qu’elle leur accorde et je rigole intérieurement, mais je n’ose pas trop rire trop fort en vrai, elle me fait peur depuis qu’elle grogne plus que Le Coussin péteur 😀

1. Ses abdos

Bien évidemment. Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre par rapport à ce six pack, sérieux ? Je vous montrais dans un autre article l’avant / après de ses fameux abdos. J’avoue que je ne comprends pas l’obsession de l’humaine pour des muscles sculptés, mais j’ai tout de même compris que ça venait de sa conviction que rien de ce qui vaut vraiment la peine n’arrive facilement. La culture du travail, du sacrifice, de l’acharnement, je connais aussi, en tant que chien de berger.

sshot-1

2. La corde à sauter, la boxe, la plyométrie…

…et tous les sports à impacts. Tout ce qui saute, qui fait transpirer, qui fait mal, qui donne des courbatures de l’espace. Tout ce qu’elle aime, quoi. Quand une humaine est enceinte, elle a interdiction formelle pour ce genre de chose. Et la mienne en souffre beaucoup, car c’est dans sa nature de rebondir comme un ressort et taper dans des sacs pleins de sable.

sshot-4

3. Les huîtres

Oh les huîtres, ce bonheur au goût des vagues, elle en raffole l’humaine. Ça et tous les fruits de mer.  Elle ne peut plus en manger, car elle n’est pas immunisée à la toxoplasmose. Ce que je trouve bizarre, car elle a souvent eu des chats à la maison, elle s’est fait griffer plein de fois et elle a changé de très nombreuses litières. Ah, les chats, ces êtres mesquins, n’ont même pas eu la décence de lui faire cadeau d’une maladie.

4. Dormir sur le ventre 

Depuis qu’elle était un petit têtard elle-même, l’humaine dort sur le ventre. Ok, ce n’est pas l’idéal pour le dos, pour l’estomac, le cœur et je ne sais plus quoi d’autre, mais, pour elle, il n’y a que ça de vrai. Ses parents ont tout essayé pour qu’elle y renonce, rien à faire, l’humaine tournait dans sa position préférée même quand elle arrivait à peine à tourner sa tête.

Maintenant, vas dormir sur le ventre quand ton ventre précède ton corps lorsque tu rentres dans une pièce. Elle a réussi à le faire jusqu’à il n’y a pas longtemps, mais depuis quelques jours ça devient mission impossible. Tristesse.

sshot-3

5. Prendre des risques 

Mon humaine aime bien les sensations fortes, les chicken games, les course d’obstacles, l’inutile prise de risques et tout ce qui peut lui rappeler qu’elle est libre et vivante. Et encore une grande ado rebelle dans sa tête, accessoirement. Elle est un peu casse-cou et aime bien provoquer la chance et même d’autres humains, quand ils ont une attitude inappropriée.

Par exemple, elle n’hésite pas à traiter de gros porc un lourdingue qui la dévisage pendant qu’on court ou à taper un scandale quand une petite mamie se fait doubler dans la file d’attente à la Poste. Et même si je suis d’accord avec elle, je me dis qu’elle est quand même toute petite… Mais elle s’en fout de prendre ou de donner des coups, mon humaine. Eh bien, plus maintenant. Car le petit têtard pèse dans sa prise de décision et elle est devenue plus… raisonnable. Ce qui ne lui plaît pas, car elle a l’impression de s’être transformé en petit être fragile, alors qu’elle a l’esprit d’un rottweiler enragé 😀

 

Voilà donc que la grossesse est pour mon humaine pire que sa blessure au genou qui l’a empêchée de courir pendant plus de 7 mois. Sympa pour le petit têtard, il est considéré pire qu’une bursite 😀 Tant qu’elle ne parle pas de moi comme ça, ça me va. Avez-vous aussi des frustrations de ce genre en période de blessure ?

Whiskey

ABC Coach – le coaching sur mesure

L’humaine et moi, on adore le canicross. Mais comme on ne s’entraîne pas pour le Jeux Olympiques (même si on espère qu’un jour ce sport fera partie de la panoplie !) on court pour notre plaisir. Cela n’empêche pas avoir des objectifs personnels et se donner les moyens de les atteindre.

Mes objectifs sont de m’éclater et lui faire plaisir. Les siens dépassent les limites d’un seul sport et ils sont souvent purement esthétiques. Mais, pour les atteindre, c’est souvent compliqué de trouver un bon programme et le respecter à la lettre, surtout de nos jours, quand l’information est partout et on peut trouver tout et n’importe quoi sur internet.

Comment choisir son coach sportif ?

Bon, en ce qui concerne les programmes sportifs, c’est souvent n’importe quoi 😀 C’est pour cette raison que le moyen le plus fiable reste de s’adresser à des spécialistes. Des coachs sportifs, il y en a aussi plein, il suffit de jeter un coup d’œil sur les réseaux sociaux où tout le monde s’improvise pro et donne des conseils, des fois sans avoir la moindre formation.

D’autres fois, malgré la formation et les résultats, le style d’une personne en particulier peut ne pas vous correspondre. L’humaine a déjà travaillé avec plusieurs coachs personnels et leur méthode de travaille ou des fois même la personnalité, ne correspondaient pas à ses attentes. Du coup, je ne les ai plus revus. Mais ça, c’était avant de rencontrer ABC Coach sportif. C’est arrivé au début du mois de juillet et l’humaine a vite été conquise par la manière très personnalisée de travailler qu’ils adoptent.

Nous déterminons les objectifs grâce à un rendez-vous bilan personnalisé pendant lequel nous demandons les objectifs précis de nos clients. Nous faisons également le tour des antécédents médicaux, du niveau sportif et de l’alimentation de la personne que nous allons coacher.

Cela nous permet de donner des conseils sur la faisabilité des objectifs en fonction des moyens que les personnes qui nous contactent sont prêtes à mettre en oeuvre. Nous demandons également les activités que les gens aiment pratiquer, car vu que nous avons des diplômes STAPS, cela nous permet de varier plus les activités, explique Nicolas, l’un des coachs.

Nous tentons de faire tout l’inverse des programmes en lignes actuels qui ne sont pas du tout personnalisés. Après le rendez-vous bilan, nous adaptons chaque séance suite à un échange sur la précédente. Cela nous permet d’ajuster le contenu en temps réel. Le coach référent est un vrai professionnel qui reste disponible en cas de question même entre les séances.

C’est justement ce qui a plu à l’humaine dans cette approche. Même si le programme sur lequel elle s’est mise d’accord avec  ABC Coach est un suivi à distance, elle s’est sentie plus suivie qu’avec d’autre plans d’entraînement qu’elle mettait en pratique avec d’autres coachs. Parce que ABC Coach ne font pas un planning sur 3-4 mois et basta. Non.

Ils envoient les séances l’une après l’autre et ils prennent des nouvelles après chacune. Ils veulent savoir quels ont été les résultats, dans combien de temps vous avez pu faire tel ou tel circuit, quels ont été les difficulté, si vous avez des courbatures. Ils demandent si vous respectez la partie nutrition, car ils travaillent avec des nutritionnistes qui sont capables de vous faire un menu sur mesure pour vous aider à arriver à vos fins.

Et ce, parce que la partie nutrition est super importante : selon moi, la bonne répartition pour avoir des résultats optimaux est 60% d’alimentation. Dans les 40% restants, on  divise à moitié entre travail cardio et renforcement musculaire. Mais tout cela ne fonctionne que si les personnes réussissent à avoir un temps de récupération suffisant, explique Nicolas.

Comment fixer ses objectifs ? 

Pour se fixer des objectifs réalistes, il faut bien se connaitre soi même (ou être encadré par quelqu’un) de façon à être capable de sortir de sa zone de confort tout en respectant les règles de sécurité qui permettent de ne pas se blesser et donc de perdurer.

La clé est la régularité sportive et alimentaire « accessible », c’est à dire pas trop drastique pour pouvoir obtenir de bons résultats et progresser tout le temps et en se fixant des dates butoires qui permettent de maintenir une motivation constante.

Cette philosophie est aussi simple qu’efficace. Quand on s’impose trop de contraintes, on finit souvent par tout lâcher d’un coup. Alors que si on suit un programme qui colle le plus possible à nos habitudes, on a plus de chance de s’y tenir.

Ceux qui font appel à ABC Coach ont des buts et des profils assez différents. On y trouve ceux qui :

– désirent perdre du poids ou dessiner leur silhouette,

préparent un évènement spécifique (course à pied, trail, treck, ski…)

– souhaitent juste se recentrer autour de leur bien-être,

– souhaitent accompagner leur vieillissement dans les meilleures conditions possible,

Et aussi les entreprises (pour les évènements team-building ou les séances hebdomadaires).

 

En ce qui concerne l’humaine, elle fait plutôt partie du premier groupe. Pour ce qui est de ses objectifs, je vous en dirai plus demain, car il y en a qui ont des choses à faire par ici.

 

L’humaine va faire un mini-humain

Cela fait quelque temps que je sens comme un changement de l’odeur de l’humaine. Avec Loulou, on n’a pas arrêté de sentir ses cheveux : sa tête est entourée d’un nuage de phéromones, ça sent trop bon. On ne va pas nous mentir, nous, il se trame quelque chose de louche avec l’humaine. La cause ? Un petit têtard. Ses mots, pas les miens.

On ne l’a pas encore vu, même si elle nous a sorti une vieille photo toute floue en noir en blanc en disant que c’était ça. Bon, ça ne ressemblait à rien. En tout cas, ça fait presque 4 mois que ça dure, cette histoire et ce n’est pas prêt à se finir, il paraît que ça prend encore 5 pour qu’on arrive à le voir. Ou la voir, on ne sait pas.

L’humaine a été d’humeur massacrante ces derniers temps. Elle râlait avant, certes, c’est dans sa nature, mais ça n’a rien à voir. Là, elle n’arrêtait pas de dire qu’une gueule de bois qui dure des mois ça va bien, mais c’est quand même méga relou et qu’il serait temps que ça s’arrête sinon elle finira par buter quelqu’un.

Son comportement était devenu bizarre aussi : elle cherchait quelque chose dans les toilettes plusieurs fois par jour, elle les regardait de très près. J’ai essayé de l’aider à trouver plus vite, mais nos deux têtes ne rentraient pas dans la cuvette en même temps.

Je suis assez content de cette nouveauté, mais ce têtard m’a un peu pénalisé sur mes sorties de canicross, car l’humaine en a annulé pas mal pour aller chercher des trucs dans les chiottes. Et le manque d’endorphines post running ne la mettait pas de bonne humeur, je vous le dis 😀 Mais dieu merci, ça va mieux pour moi, car dernièrement elle est en forme le matin et on a repris notre rythme habituel. Bon, elle se laisse un peu plus traîner, il me semble. Elle s’assoit dans son baudrier et me laisser faire le plus dur, mais ça ne me dérange pas, j’aime bien l’effort.

Tout le monde me dit que ma vie va changer une fois le petit humain parmi nous et j’en suis ravi, ça me fera une source d’amusement en plus, les humains c’est trop rigolo ! Et vous, avez-vous des petits têtards autour de vous ?

Whiskey