Au secours, je suis moche ! Les secrets des chiens influencers

Cela fait un petit moment que je veux vous parler d’un sujet qui me tient vraiment à cœur et qui prend de plus en plus d’ampleur avec les réseaux sociaux : les chiens influencers. Si vous suivez nos aventures sur Instagram, vous avez probablement une petite idée de ce que c’est qu’un chien influencer. La définition voudrait qu’il s’agisse d’un animal de compagnie qui a de l’influence sur sa communauté et qui, grâce à son lifestyle et énergie motive et inspire les autres dans leurs choix – qu’on parle de philosophie de vie ou d’accessoires de mode, pour vous la faire courte.

Implicitement, il s’agirait aussi d’une communauté assez importante, même si de nos jours ça ne veut rien dire et on voit du tout : des comptes avec une communauté de moins de 500 personnes qui s’auto-proclament infleuncers, mais aussi des comptes avec une énormes communauté, qui n’ont aucune influence, pour des raisons que vous allez comprendre plus loin 😀 Je vais parler beaucoup au féminin (de blogueuses et influenceuses plutôt de bloggers et influencers, tout simplement parce que les cas précis que je connais sont plutôt de ce sexe-là. Mais les messieurs sont tout aussi concernés, of course).

14978457550052689127143351902207.jpg

Pour la petite histoire

Le phénomène des insta-chiens a commencé il y a environ 4 ans, de l’autre coté de l’océan, mais pas aux US comme vous pourriez le croire, mais au Brésil. Ça prend de plus en plus d’ampleur en France également ces dernières années et vous avez constaté, j’en suis sûre, que de plus en plus de comptes de chiens et autres animaux de compagnie se veulent plus qu’une simple galerie photo de la vie du dit animal.

Nous allons décrypter ici le concept d’insta-chien comme je le comprends, c’est évidemment mon point de vue sur la question et vous n’êtes pas obligés de le partager. Mais, comme d’habitude, je vais vous parler sans rideau de plusieurs sujets interconnectés dans ce domaine : influence, argent et abandon. Si ça vous intéresse, c’est par ici 🙂

Le placement de produit, le nerf de la guerre

La grosse différence entre un compte de chien influencer et un compte de chien lambda est que le premier reçoit de l’attention de la part des marques. Des produits à tester gratuitement, des invitations à des événements et parfois même des projets payés. Et là où il y a de l’argent, il y a de l’animosité, c’est bien connu.

On accuse parfois les influencers d’être des « achetés » et de ne pas être honnêtes avec leur communauté parce qu’ils ont reçu un produit gratuitement, donc ils vont forcément en dire du bien. Ça dépend des valeurs de chacun, mais je ne pense pas que ce soit fondamentalement vrai. La plupart des influencers que je connais choisissent attentivement les produits qu’ils vont présenter et ils présentent les points positifs, ainsi que négatifs. Sinon ça n’a pas beaucoup d’intérêt.

Dans tous les cas, un partenariat suppose une association de l’image de l’influencer avec l’image d’une marque. Je voudrais attirer votre attention sur un comportement dont j’entends parler de plus en plus : le choix du chien par rapport à des arguments esthétiques et non pour des raisons de compatibilité de personnalité. Pour faire joli sur la photo plus que parce qu’on s’est bien renseigné et qu’on se dit que cette race est faite pour nous. Pour l’effet « nounours » qui va passer une fois le chien devenu ado ou adulte.

J’ai lu cet été un article qui m’a hérissé les poils qui expliquait que de plus en plus de chiens se font abandonner parce qu’ils ne « percent » pas sur les réseaux sociaux. En gros, il y a des gens qui adoptent un chien parce qu’ils y voient le potentiel d’en faire une star ou une source de revenus. Et quand (comme par hazard !) ça ne marche pas, ils s’en débarrassent comme d’une vieille chaussette trouée.

Avant de vouloir faire comme eux, sachez que je peux vous dire sans l’ombre d’un doute que la plupart des influencers n’ont pas eu comme projet de devenir influencer. Toutes les jolies filles blondes qui vont à Hollywood ne deviennent, hélas ! pas des Marylin Monroe. Dans le cas des plus grands dog influencers français que je côtoie, comme MJ the Beagle ou Malcolm the Akita (qui a d’ailleurs donné son avis sur la question des chiens influencers dans une vidéo avec Akita the Real Life), la célébrité leur est un peu tombée dessus. Ils ont fait le buzz grâce à une photo ou vidéo republié par un grand compte ou partagée à la télé.

Évidemment qu’après ça, si on a un minimum de compétences de communication et surtout l’envie d’aller plus loin, ce serait dommage de ne pas explorer cette opportunité. Il y en a, probablement, aussi, qui préparent leur gloire soigneusement en amont. Personnellement, je ne connais personne qui l’aurait prévu et réussi, mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas possible. Juste que le secret est bien gardé 😀

14978456611371697250939094217160.jpg

Abandonne-toi toi-même

Un chien influencer parle des produits qu’il a aimés (ou pas aimés), des concepts intéressant qu’il a découverts, des activités qu’il a testées, des événements auxquels il participe, de son quotidien, en général et tout ce qui est lié aux centres d’intérêt de ceux qui ont des chiens. Il partage une manière de voir la vie qui lui est propre, il a du charisme, il fait converger des énergies.

Mais comme le chien ne peut pas s’exprimer tout seul, on est bien d’accord, c’est son maître qui parle à sa place, ce qui veut dire, vous vous en doutez, que les comptes des chiens reflètent plutôt la personnalité de leur humain que celle du chien. Je me demande, pour le coup, lequel des deux il serait mieux d’abandonner lorsque le compte Instagram n’attire pas suffisamment de followers ou de marques. Je dis ça, je dis rien.

Les chiens influencers et les chiens des influencers

Parce que oui, personnellement je fais la différence entre ces deux catégories-là pour plusieurs raisons que je vous donnerai par la suite. J’ai constaté que de plus en plus de blogueuses ou influenceuses mode, lifestyle ou sport adoptent des animaux de compagnie.  Super, je dirais en temps normal, sauf qu’il y a un hic. Même si ce n’est, bien-sûr pas le cas de tout le monde, il y en a beaucoup qui le font pour augmenter le capital aww trop mignon ! de leur compte ou le nombre de likes de leurs photos. Il suffit de regarder le delta entre une photo de leur ootd et une photo de la petite bébête.

Eh oui, une jolie bouille poilue collecte souvent beaucoup plus de likes que son propriétaire. Mais faire rentrer un animal dans sa vie pour faire joli sur les photos n’est, bien évidemment, pas une bonne raison d’en adopter un. Pour ne pas parler des cas où le pauvre animal disparaît du jour au lendemain des photos et stories de la dite bloggueuse sans explication ou ad endum. Je connais personnellement l’histoire d’un malheureux chien adopté en pompe à la SPA par une blogueuse et disparu sans laisser de trace, même pas 2 semaines plus tard. J’en suis révoltée.

Attention, je ne dis pas que si on est influencer lifestyle ou mode on n’a pas le droit d’adopter un chien, ce serait bête. Mais, pitié, si vous voulez un joli accessoire poilu pour votre feed Insta, achetez plutôt un nouveau plaid pour votre canapé. On répète après moi : un animal n’est pas un jouet. Capisci ?

J’en vois aussi certaines adopter des chiens pour se mettre à courir avec – vous savez que c’est bien ce que j’encourage tout le monde à faire, donc je devrais en être ravie. Pourquoi ne le suis-je pas ? Eh bien parce que derrière je vois passer des post et des articles avec des conseils complètement aberrants du style voilà ce qu’il faut faire et comment pour le canicross, crois-moi sur parole de modeuse. Savoir accessoiriser une tenue ne donne malheureusement pas plus de compétences en éducation canine. Alors d’abord on se renseigne, on pratique et seulement après on donne des conseils. Est-ce bien clair pour tout le monde ? Sinon on passe pour une quiche prétentieuse.

14978452518142373615600410899869.jpg

Et les marques, dans tout ça ?

Ce n’est pas anodin si de plus en plus de modeuses adoptent à gauche et à droite. Les marques y sont pour quelque chose, car ce sont elles qui donnent le la, un peu comme les magazines de mode donnent les repaires en matière de morphologie féminine idéale.

Pour moi, les marques jouent deux rôles différents dans le choix des influencers : elles peuvent encourager un infleuncer à adopter un animal et elles peuvent décréter de quels animaux sont jolis et lesquels non, à travers les choix qu’elles sont amenées à faire pour leurs partenariats. Dans le premier cas, comme dans le deuxième, les marques donnent une impulsion seulement. Le choix d’adopter ou abandonner ne peut pas leur être infligé, de mon point de vue, les influenceuses et les aspirantes influenceuses restent pleinement responsables de leurs actes. Mais voyons ça de plus près.

Encourager l’adoption
Il y a des marques dans  l’industrie animale qui vont jusqu’à donner un petit coup de pouce aux influenceuses lifestyle qui hésitent à adopter un chiot ou un chaton en y voyant un bon moyen de s’appuyer sur des communautés de 100k, 150k ou plus pour communiquer sur leurs produits. Sans même se demander si dans la dite communauté il y a des gens qui s’intéressent de près ou de loin au monde animal. Je trouve ça dommage, mais ça ne concerne que moi. Ce n’est pas parce que j’aime le style vestimentaire de quelqu’un que je vais acheter le même panier qu’elle pour mon chat. Je n’ai, d’ailleurs, pas de chat 😀

Décréter de la beauté d’un animal
J’ai personnellement été contactée par des marques qui souhaitaient collaborer avec moi à condition que leur image soit associé avec le « beau chien ». Sachant que j’en ai deux, je me suis demandé la première fois que j’ai entendu ce discours lequel était le moche. Et j’ai vite compris que c’était Loulou :)) Ma pauvre, ma douce, ma petite Loulou d’amour. Les goûts et les couleurs, n’est-ce pas ? Oui et non. Si je peux comprendre que certaines marques évitent de s’associer avec des chiens de ces races « à problème » que sont les bouledogues pour des raisons purement liées au business, je ne peux pas comprendre qu’on manque de tact à ce point par ailleurs. Le chien moche vous en dit des choses.

La conclusion que je voudrais tirer de tout ça est de ne pas vous laisser influencer par qui que ce soit dans le choix d’un animal. Ni par les marques, ni par vos abonnés, ni même par vos amis, voisins, famille. Choisir un compagnon est tellement personnel, que ça ne doit refléter que votre jugement dument réfléchi.  N’adoptez pas un chien parce qu’il est assorti au mobilier. Adoptez si vous êtes sûr qu’il est pour vous et que vous êtes prêts à lui accorder les 10-15 prochaines années de votre vie. Sinon, passez votre chemin, vous serez plus heureux tous les deux.

 

Publicités