Streamleash – un nouveau concept de laisse de dog running

Je vous disais dans mon précédent article que je suis désormais une star du web 🙂 Blague à part, lorsqu’on fait partie d’une communauté aussi active et investie que la nôtre, nous sommes parfois sollicités par des marques qui viennent d’être lancées ou qui proposent un nouveau produit et qui voudraient le faire connaître.

Souvent, ce qui se passe c’est qu’on nous envoie un produit que nous testons et, en échange, nous lui donnons notre avis honnête sur la question. Lorsque nous en sommes ravis, nous partageons la découverte avec vous, parce que, la plupart du temps, il s’agit de nouveaux concepts et qu’on adore découvrir, à notre tour, les dernières nouveautés de notre domaine. Et que les réseaux sociaux sont l’endroit où l’information circule le plus facilement.

Parfois, les retours sont moins bons ou mitigés et là, vous le savez aussi. Mon humaine est partisane de la critique constructive 🙂 Il y a aussi des cas où les échanges restent entre la marque et nous, sous forme de recommandations sur des améliorations à faire au produit visé, en mode bêta-testeur.

Avec mon humaine, nous avons essayé quelques systèmes assez différents de laisses conçues pour le canicross et, la semaine dernière, une start-up américaine nous a écrit pour nous parler d’une idée assez originale. La laisse en question s’appelle Streamleash et il s’agit d’un système rétractable, qui donne tout le contrôle à l’humain.

streamleash laisse rétractable courir avec son chien runwithurdog

Le principe est simple : tout comme la laisse Lishinu dont je vous parlais ici, l’humain a un bracelet fixé sur son poignet. La laisse rétractable permet au chien d’avancer librement et suivre sans effort le pace de son maître.

Pas question de traction, ici, on ne parle pas du système classique avec un harnais, une laisse élastique et un baudrier qu’on préfère dans le canicross, mais, plutôt, d’un système adapté aux coureurs débutants ou qui ont simplement envie de faire une balade sportive avec leur compagnon.

streamleash laisse rétractable courir avec son chien runwithurdog

Cette idée plaisait bien à l’humaine, mais on va devoir attendre un petit moment avant de le tester, car, pour le moment, il s’agit d’un prototype. En effet, le projet cherche des fonds pour lancer la production des premières laisses. D’ailleurs, si vous souhaitez contribuer à ce concept ou vous connaissez des humains qui souhaitent le faire, vous pouvez soutenir le projet. La campagne est ouverte jusqu’au 1er mars 2018 seulement.

streamleash laisse rétractable courir avec son chien runwithurdog

Comme nous n’avons pas pu tester directement la chose, l’humaine a eu beaucoup de questions pour les représentants de Streamleash. Pour répondre à toutes ces questions, c’est le créateur-même du concept, Ian M. Blaylock qui nous a fait un retour en vidéo que vous pouvez retrouver ici.

Même si on n’a pas eu l’occasion de toucher et manipuler à notre guise le prototype comme on aurait aimé (car pour en construire un seul, les coûts sont d’environ 2500 euros, mine de rien !) le concept nous semble super intéressant. A voir juste ce que ça donne d’avoir une main occupée avec la laisse, surtout pour mon humaine qui a déjà son téléphone greffé dans l’autre 😀

Qu’en pensez-vous de ces systèmes attachés au poignet ?

Whiskey

Publicités

Runwithurdog dans C’est au programme

Pour ceux qui l’auraient raté, je suis encore passé à la télé 😀 Eh oui, je suis très persistent dans ma mission de vulgarisation du canicross, à tel point que j’ai même amené le célèbre journaliste animalier, Yves Lahiani, faire un tour de plateau et quelques centaines de mètres dans les couloirs de France Télévisions. On est vite devenu copains, Yves et moi, il est bien sympathique.

Vous pouvez regarder le replay de l’émission par ici. Mais si je suis encore passé dans C’est au programme, c’est surtout pour vous parler de la Wamiz Run à laquelle Loulou participait déjà l’année dernière, souvenez-vous. Cette année, la date a été bloquée, ce sera le 25 mars, donc notez-la dans votre calendrier et commencez à vous entraîner !

runwithurdog whiskey télé France 2 c'est au programme

N’oubliez pas que le dogrunning est pour tout le monde

Que vous ayez un braque ou un chihuahua, vous pouvez tester le canicross si votre ami poilu a fini sa croissance – cela dépend des races, mais, en principe, de manière générale, ça arrive vers l’âge de 1 an. Vous pouvez commencez en alternant marche et course, un peu comme les humains font lorsqu’ils débutent. Vous allez vite voir si votre chien se laisse entraîné et s’il prend du plaisir.

Parce que, c’est ça le but final, pour moi : s’amuser, passer un bon moment avec son humain et partager des émotions, renforcer encore plus ce lien spécial qu’on a. Et quoi de mieux que de se bouger les popotins ensemble ?

A la Wamiz Run, vous faites une bonne action

En plus de passer une matinée agréable avec votre chien et d’autres centaines de passionnés et dog lovers, vous avez la possibilité de contribuer à une belle cause, car une partie des revenus sera donnée directement aux Chiens guides d’aveugles de Paris.

Voilà, mon passage à la télé était pour parler encore une fois de ma passion pour le running avec mon humaine, même si, cette année, ce sera plutôt de la cani-marche qu’on va faire, vu son état 😀 Ou peut-être que je vais courir avec mon copain Yves, ça aussi, j’aimerais bien.

runwithurdog whiskey télé France 2 c'est au programme

runwithurdog whiskey télé France 2 c'est au programme

runwithurdog whiskey télé France 2 c'est au programme

runwithurdog whiskey télé France 2 c'est au programme

runwithurdog whiskey télé France 2 c'est au programme

runwithurdog whiskey télé France 2 c'est au programme

Je passe plutôt bien à la télé, je trouve. J’ai un coté photogénique, comme dirait l’humaine. Moi, ce qui m’intéresse encore plus c’est d’aller courir. D’ailleurs, vous serez aussi à la Wamiz Run ?

Whiskey

J’ai testé l’équipement de canicross de Canisportshop

Cela fait quelques mois qu’avec l’humaine, on teste l’équipement de canicross de Canisportshop, une société belge qui distribue et imagine des produits de qualité pour notre sport avec le créateur d’équipement Black Wolf. Dans la boutique en ligne, on trouve tout ce dont on a besoin quand on pratique ce sport et nous avons essayé plusieurs harnais, lignes de trait et ceintures.
Canisportshop a été créé pour répondre au besoin de courir avec son chien, en Belgique et en Europe. La marque a été le résultat de la frustration d’un passionné de ne pas retrouver sur le marché belge les éléments dont il avait besoin. Car sans passion, on ne se lancerait pas dans une aventure dont l’objectif est de conseiller les autres et les orienter vers les choix les plus appropriés pour eux.
femme canicross runwithurdog

Julien Zeebroek, le créateur de Canisportshop a commencé le canicross il y a deux ans, avec son husky Luna. Il courait déjà depuis quelques années, mais à cause d’une blessures au genoux, il a dû laisser de côté la course à pied pendant plus d’un an. C’est avec l’arrivée de Luna dans sa vie que Julien a décidé de retenter le running, cette fois-ci avec son binôme.

C’est à partir de ses 8 mois que j’ai commencé à aller courir avec elle, confie Julien. Je lui ai appris chaques jour les directions, et les commandes de bases que j’allais utiliser avec elle par la suite. La mise en pratique fut excellente et la progression s’est fait crescendo jusqu’à ses 1 ans où on a commencé à faire des sorties plus longues et plus intenses avec un harnais sur le dos. Une fois tout cela assimilé, on a commencé le VTT et là Luna s’est révélée être également bien dans son élément. 
Pouvoir tester et utiliser le matériel qu’il met en vente pour ses clients est bien sûr un plus. Qui est plus à même pouvoir en parler et le conseiller que celui qui l’utilise ?
femme canicross runwithurdog
J’ai testé personnellement sur mon dos les harnais de Black Wolf et j’en ai été ravi. Je suis très à l’aise dans les x-backs en général, comme la plupart des chiens de berger ou de traîneau. Ces modèles ne sont pourtant pas l’idéal pour les chiens de chasse, par exemple, dont la morphologie est différente, donc attention quand vous choisissez votre harnais.
Mis à part le confort et la qualité de ces harnais, j’ai été surtout conquis par la manière dont sa épouse les lignes parfaites de mon corps 😀 Oui bon, ok, je suis vachement costaud pour un border collie, du haut de mes 26 kilos de muscles, je sais de quoi je parle.
J’ai eu du mal à trouver du matériel adapté à ma ligne, car je ne rentre pas vraiment dans les critères standard de la race. Mais avec le Black Wolf et le Orange Crush (c’est mon préféré celui-là!) j’ai l’impression de ne rien avoir sur le dos, ça ne gratte pas, ça ne glisse pas, ça ne se déchire pas. Et pour ça, croyez-moi, le Coussin péteur a déjà testé ses dents dessus.
femme canicross runwithurdog
Madame s’amuse à attraper le bout de mon harnais lorsque l’humaine me prépare pour nos sorties, elle tire dessus comme une dingue, en espérant de m’empêcher de sortir pour courir. Oui, sa jalousie n’a pas de limite ! Et ce, même si elle aussi elle a trouvé son bonheur avec un harnais adapté à sa petite taille et gros caractère, presqu’identique au mien.
En tout cas, malgré son acharnement, mes harnais sont dans le même état. C’est grâce à une technologie militaire employée dans leur fabrication : Rio Stop. Avec cette techno, les harnais ne gèlent pas, ne sont pas atteints par la moisissure et ne prennent pas l’eau. In-des-truc-tible le bazar, je vous le dis.
Le principal souhait de Canisportshop est avant tout de conseiller les clients sur leur choix d’achat de leur matériel de canicross et leur trouver le meilleur compromis en terme de morphologie canine, qualité et confort. 
Nous avons une gamme de matériel de canicross, canivtt et canirando propre, avec la marque Black Wolf distribuée et fabriquée en Belgique depuis plus de 20 ans et nous mettons un point d’honneur à la mettre en avant et la promouvoir, car nous en sommes fiers. Autour de cela, nous travaillons également avec des grandes marques tel que Zéro Dc, Non Stop Dogwear, Rock Empire, Fastdog, Rower-Land et chaque fois que nous pouvons nous agrandissons notre assortiment.  
La marque essaye de se différencier de la concurrence par une approche plus personnelle envers ses clients, car chacun a des besoins spécifiques qu’il faut comprendre avant de pouvoir y répondre. En ce qui me concerne, j’en suis conquis. Et vous ? Quelles marques de canicross préférez-vous ?
Whiskey

Le canicross enceinte

Faire du canicross lorsqu’on est enceinte ? C’est de la folie ! C’est de l’inconscience, de la malveillance vis à vis du bébé pas encore né, c’est égoïste et risqué et ça ne vaut pas le coût. Attends, mais t’imagines comment le pauvre fœtus doit se sentir, secoué dans tous les sens, comme une canette de Coca, compressé par une ceinture et tiré par un chien ? Tu es malade ! C’est le genre de discours auquel mon humaine a eu droit de la part de ses proches lorsqu’elle répondait par l’affirmative quand on lui demandait si on continue nos sorties running à 6 pattes.

Mais mon humaine n’est pas du genre à prêter attention à l’opinion générale, surtout quand celle-ci concerne ses affaires très personnelles. Car les gens ont un avis sur tout et ils sont tous au moins experts en politique, foot et, apparemment, grossesse. Elle s’est dit qu’elle demandera plutôt l’avis des experts sur la question : sa gynéco, son médecin du sport et les ABC coachs sportifs avec lesquels elle travaille. Sa gynéco lui a donné le go, à valider et revalider à chaque fois qu’elles se voient, par précaution et en tenant compte des résultats de ses analyses médicales. Plutôt logique.

femme canicross runwithurdog

Son médecin du sport, lui, la suit depuis des années, depuis sa première blessure au genou et il a l’habitude de travailler avec des sportives qui tombent, elles aussi, enceintes à un moment donné de leur existence. Il lui a conseillé de ralentir la cadence, diminuer les distances, oublier le fractionné, travailler en endurance fondamentale. Mais, à part ça, feu vert pour des sorties tranquilles avec moi.

Les coachs sportifs lui ont recommandé des séances plus adaptées à sa nouvelle condition, suggéré de bien s’alimenter dès qu’elle a faim, qu’elle ne pousse pas trop et qu’elle s’hydrate encore plus qu’avant (comme si c’était possible ! elle boit plus qu’un cheval de course).

femme canicross runwithurdog

Avec tout cet arsenal de conseils de la part de ceux qui savent vraiment de quoi ils parlent et avec les résultats des analyses et échographies régulières en poche, mon humaine a décidé de surtout écouter son corps. Car, mine de rien, il lui disait pas mal de choses, lui aussi. Par exemple, dans le premier trimestre, quand elle mettait son réveil à 6h pour qu’on aille faire notre sortie tous les deux, mais que son corps lui disait merde, elle allait plutôt vomir que courir. Et moi, je comprenais, elle avait l’air tellement mal, la pauvre, que je ne lui ramenais même plus ses baskets.

Quand on finissait par aller faire notre séance, je l’entendais respirer différemment. Son rythme cardiaque était plus accéléré, elle s’essoufflait après une petite montée et elle n’avait plus du tout la même pèche qu’avant. J’ai vite compris que, pour me défouler, elle préférait me laisser en libre en début de séance, lorsque le parc était encore vide, et continuer la séance à un pace plutôt cool. Ça m’allait aussi : moi, tout ce que je veux c’est qu’on s’amuse ensemble.

Par la suite, ça a commencé à aller mieux, elle avait trop d’énergie. Le deuxième trimestre a l’air d’être vraiment top. Bon, elle me semble bien droguée aux hormones, car elle rigole tout le temps et se tape des fous rires toute seule. Elle a beaucoup de bonne volonté, mais son pace est toujours au ralenti. Pas la peine de forcer, on le sait tous les deux, donc on y va mollo et on profite de la vue.

femme canicross runwithurdog

D’ailleurs, à quoi ressemblent nos séances maintenant ? Eh bien, c’est toujours le matin, ça n’a pas changé. D’un côté parce qu’elle est plutôt une lève-tôt, mais aussi parce qu’on vit à Paris et, si elle a envie de me laisser un peu libre, elle doit le faire dans le parc lorsque le reste de la population dort. On commence toujours par une longue balade, elle me laisse le temps de renifler librement tous les buissons, les coins de rue, les poubelles et les Velibs. Quand on arrive au parc j’ai le droit à mon quart d’heure de folie. Il est tôt, il fait nuit, il fait froid, mais je m’éclate. Bon, des fois, il arrive qu’elle croise d’autres coureurs et là, c’est foutu pour ma liberté. Mais c’est plus rare.

Après, je reprends ma place devant l’humaine et je trottine tranquillou en lui lançant des petits regards par dessus l’épaule de temps en temps. Bah oui, on ne sait jamais. Quand je sens qu’elle va vraiment lentement, je me colle à sa jambe et je la fixe du regard presque en permanence. Cette humaine est sous ma responsabilité, j’ai promis à l’humain que j’en prendrai soin coute que coute. En plus, comme il y a aussi le petit têtard, maintenant, ça commence à ressembler à un petit troupeau, tout ça, je me sens à ma place.

femme canicross runwithurdog

Je ne tire plus comme un malade, je ne fais plus mes sprints de furie et, de toute façon, il ne faut pas oublier qu’avec la ceinture ou le baudrier, aucune pression sur le bébé, ça tire dans le dos. Mais je ne voudrais pas faire tomber mon humaine, son centre de gravité a changé et elle m’a l’air aussi stable qu’une toupie. Je me contente donc de suivre son rythme à elle.

On se fait dépasser par des mamies en fauteuil roulant et des chiens à 3 pattes et alors ? On s’en fiche, nous. Ce qu’on veut c’est de se dépenser un peu, partager un bon moment et profiter à fond des endorphines en fin de sortie. Mais, mine de rien, on connaissait l’existence du petit têtard depuis près de 3 mois quand on a participé au canicross de Darnétal 😀

Donc si vous aussi, vous vous demandiez comment ça se passe, le canicross lorsqu’on a comme partenaire une humaine enceinte, j’espère avoir répondu à vos questions. Sachez, en tout cas, que c’est tout à fait possible, car une humaine enceinte n’est pas une humaine handicapé. Il faut surtout demander l’avis des médecins et pas celui de mamie Josette et tata Yolande qui ont certes, connu la Grande Guerre, mais pas le dog running, s’écouter et si tous les voyants sont au vert, ne pas hésiter à continuer son sport, même le canicross.

Whiskey

Runwithurdog sur Pumarunyourway

Les grandes marques de sport se mettent petit à petit à la page et découvrent le dog running. Et oui, parce que pour l’essentiel, l’équipement dont les humains ont besoin dans notre sport est le même que celui du running, on joue donc pour la même équipe.

screenshot_20180116-05400648844327.jpg

C’est le cas de Puma qui s’intéresse à cette drôle de pratique de courir avec des chiens. Avec mon humaine, on a rencontré une équipe très sympa de chez Puma pour leur raconter notre parcours et nos anecdotes de canisport.

Cela a donné suite à une séance photo dans les Bois de Boulogne, dont je vous laisse découvrir quelques photos ci-dessous et sur notre compte Instagram dans les jours à venir. Ca a été particulièrement rigolo pour moi, car on y est allés avec les copains de Basic Runners 🙂 Et courir dans les bois avec ses amis, c’est un pur bonheur.

2017-12-20 06877321698..jpg

J’espère que mon récit va donner envie à d’autres humains à se mettre au sport avec leurs chiens, parce que, pour moi, il n’y a pas de gabarit minimum à avoir pour avoir envie de courir avec son humain. Beaucoup de petits chiens le prouvent et j’y crois de tout mon coeur. Il faut, bien évidemment, adapter l’intensité et la durée en fonction des capacités de chacun, mais c’est valable aussi pour les humains.

2017-12-19 051939398284..jpg

Je vous laisse découvrir l’article par ici 🙂

J’ai testé la gamme cosmétique pour chiens de Bawaw

Les humains ont plein de produits cosmétiques dans leur salle de bain. Je ne comprends pas trop le délire, je suis plutôt du genre naturel, à me rouler dans la boue et dans des crottes aussi, si j’ai l’occasion. Donc quand l’humaine est rentrée avec une énorme boîte de shampoings et de crèmes, j’étais loin d’imaginer que c’était pour ma poire. J’aurais dû pourtant m’en douter, l’emballage disait Bawaw.

Eh bien si, en fait, j’en ai pris pour mon grade. Et Whiskey aussi, car il y a un produit de massage dans le lot auquel ce petit con a le droit parce que c’est un chien sportif. Mouais, tout ça pour avoir un traitement particulier, quelle injustice ! Moi aussi je pourrais être sportive, mais j’ai la flemme. En plus, c’est tellement mainstream que ça ne m’intéresse même pas.

img_20171223_145016_038235519970.jpg

J’ai quand même eu le droit de tester toutes ces belles boîtes colorées et la première chose qui m’a interpelée c’est que tout sent vachement bon. Les arômes naturelles qu’ils ont mis dedans sont trop appétissantes pour une petite gourmande comme moi. Il y a un shampoing qui sent la barbe à papa, pour vous dire ! Ca me donne faim.

D’ailleurs l’humaine était ravie de m’annoncer que tous ces produits sont faits avec des principes actifs naturels et qu’ils ne sont pas testés sur des animaux. Euh, elle les teste bien sur moi, elle ! Mais je pense que ce n’est pas de ça qu’on parle.

En tant que fille, je peux vous dire que j’ai bien aimé l’emballage. Oui, moquez-vous, c’est mon côté superficiel. Mais c’est vrai, la plupart des produits qu’achète mon humaine d’habitude ont ces images super cliché de chiennes avec les poils soyeux dans le vent, qui font l’amour à la caméra et qui dise « parce que je le vaut bien » en tortillant des fesses. Jalouse, moi ? No way ! J’ai les poils ras, je ne m’y retrouve pas.

2018-01-02 031332077809..jpg

Un produit en particulier a bien sauvé ma peau. Au sens propre. L’Antigrat’. Il est fait pour les chiens comme moi, qui ont la peau ultra sensible et qui chopent des allergies à toute saison. J’ai souvent des démangeaisons et je me gratte tellement fort que parfois je saigne et j’irrite mes tétons. Oui, la classe. Je me demande d’ailleurs pourquoi je ne suis jamais prise pour les pubs de shampoing les poils dans le vent.

L’humaine m’a d’abord lavée avec le shampoing de cette gamme et ensuite tartinée du gel et je peux vous dire que j’ai été surprise de la vitesse avec laquelle ça fait effet. Les rougeurs ont diminué et sont complètement disparues en quelques jours. Je ne m’en sépare plus. D’ailleurs, ça marche pour plein d’autres bobos du quotidien et c’est devenu le premier réflexe de l’humaine : une égratignure ? Hop ! un coup d’Antigrat’ ! Une piqure de moustique ? Une gerçure ? Une coupure ? La truffe abimée ? Elle a désormais la réponse à tout.

Il parait que c’est l’extrait de centella asiatica qui a ces effets réparateurs quasi-imédiats, mais moi je pense que c’est un peu magique, quand même. Quoi qu’il en soit, rien n’avait marché avant sur ma peau de cochon et je peux vous dire que j’avais enchaîné les traitements vétérinaires, avec des cachetons, des crèmes et compagnie. Je ne m’en sépare plus et je me laisse même badigeonnée avec plaisir.

S’il faudrait avoir une seule chose à utiliser toujours sur soi, pour moi ce serait ce gel. Vous en avez, vous, des produits fétiche ?

Loulou

 

 

 

Connaissez-vous le vocabulaire de canicross ?

Le canicross est un sport d’équipe. Pour que les choses fonctionnent, les deux coéquipiers devraient parler la même langue. Et, par là, je ne veux pas dire qu’il faut que je m’applique pour comprendre les commandes que mon humaine me crie en roumain et faire appel à Google Trad pour savoir si je dois aller à gauche ou à droite, mais surtout qu’avant de commencer à pratiquer ce sport plus sérieusement, il faut apprendre à son humain une série de mots dont on se servira ensemble sur les parcours.

En ce qui nous concerne, nous avons notre propre lexique, mais savais-tu qu’il existe un vocabulaire international du canicross ? Tout en anglais, évidemment, mais je te mets ici les commandes, au cas où, un jour, tu aurais envie de les apprendre. Ou seulement par pure curiosité et pouvoir frimer devant tes copains canicrosseurs.

Gee : tourner à droite
Haw : tourner à gauche
Straight on : continuer tout droit, en faisant abstraction des routes s’ouvrant sur le côté
Come gee : tourner à droite dans un virage serré en forme de U
Come haw : tourner à gauche dans un virage serré en forme de U
Easy : aller moins vite
Pick it up : plus vite
Gee over : se ranger sur le côté droit de la route
Haw over : se ranger sur le côté droit de la route
Hike : en route
On by : pour dépasser un obstacle ou un autre coureur sans s’en laisser distraire
Ready : pour se tenir prêt
Up front : pour maintenir la tension dans la ligne de trait
Whoa : pour s’arrêter

Ce que je te conseille, surtout, est d’utiliser les mots que tu veux et que tu trouves les plus adaptés pour votre binôme. Mais, globalement, les commandes énumérées plus haut sont les cas de figures avec lesquels vous pouvez être confrontés en situation réelle et en compétition. Commence par apprendre la droite et la gauche, le stop et le go et ça ira déjà pas mal.

Certains chiens (comme moi) ont plus de facilités à apprendre des commandes que d’autres. Personnellement, j’ai un vocabulaire plus riche que certains humains que j’ai rencontrés. Mais pour d’autres, c’est un peu plus difficile, c’est pour ça que le mieux est de garder les choses simples. Si tu as besoin d’aide, tu trouveras de nombreuses vidéos explicatives sur Youtube.

Sur ce, je te dis à plus, j’ai quelques mots à apprendre en mandarin pour impressionner une pékinoise.

Whiskey

Comment construire et garder la motivation du chien dans le canicross

Le canicross, comme tout autre sport qu’on est amené à pratiquer régulièrement, nécessite une certaine rigueur et quelques astuces pour garder sa motivation à long terme. Car quand il s’agit de sortir courir un matin de décembre, à 6h30, quand il fait encore nuit et les températures sont négatives, nous sommes comme les humains : on a besoin d’un peu de stimulation pour avoir envie de tout donner.

La motivation est une construction, ça se travaille dès les premières sorties de canicross

Je vais vous donner ici ma perspective de chien motivé par défaut et la méthode que mon humaine a utilisé pour me donner envie de courir comme un dingue, en la tractant derrière moi. Je vous expliquais ici les principales étapes de l’entraînement et je vous expliquerai maintenant comment on fait naître l’envie de continuer à courir devant son humain.

Chercher des personnes avec lesquelles votre chien a développé un fort lien affectif

Quand nous avons commencé à courir ensemble, mon humaine me faisait des petites portions de canicross pendant lesquelles elle me demandait de chercher l’humain. Je le voyais en début de séance partir devant nous et à un moment donné, elle me disait qu’on allait le rejoindre. J’étais évidemment ravi d’aller à sa rencontre, je l’aime trop, l’humain, il est génial ! Du coup, je courais comme un dératé devant l’humaine. Ce n’est que plus tard que j’ai compris que c’était une ruse pour m’apprendre à ne pas traîner la patte et toujours courir devant elle, mais, comme je l’aime bien, mon humaine, je fais encore semblant de le chercher, quand elle me le demande.

Une fois qu’on a fait naître l’envie de faire du canicross, comment peut-on la nourrir ?

Eh bien, toujours en vous citant les méthodes originales de mon humaine, j’ai deux astuces pour vous. La première est de toujours terminer votre entraînement dans un lieu excitant. Eh oui, quand on fini sa course au bord d’un joli lac, où on nous lance un frisbee pour nous décontracter, c’est toujours plus simple de se donner à 100%.

Ma deuxième astuce est de pratiquer ce sport en groupe. Courir à côté d’autres chiens motivés c’est la même chose que courir dans un groupe pour les humains.

Voilà mes petits secrets pour toujours avoir envie de partager ce moment avec mon humaine. Et, parce que je suis sympa, je vous donne un tout dernier pour la route. Celui-là, il est gratos, parce que je l’ai piqué à mes copains du showbiz américain. Pour n’importe quel film ou spectacle qu’ils préparent, ils disent, en parlant de l’effet que ça devrait faire au public, always leave them wanting more, c’est à dire laisse-les toujours en vouloir plus.

En appliquant ce percept au canicross, je vous conseille de finir vos entraînements pendant que votre chien a toujours envie de continuer. Cela le laissera avec l’envie de remettre une course à très vite et va augmenter sa motivation. You’re welcome!

Whiskey

Le frère à l’autre bout du monde

Oui, c’est bien ça, j’ai un frère à l’autre bout du monde. Et ça me fait chier. Quoi de pire que de penser être le seul fils et se retrouver, 5 ans plus tard, avec un frère qui t’a précédé de 7 et qui vit à l’autre bout du continent ? Quand mon humaine me l’a annoncé, j’ai failli hurler à la lune. Il s’appelle Micha. Il a 12 ans aujourd’hui et elle l’a eu avant de quitter son pays, il y a plus de 11 ans.

1503516836394

J’ai voulu tout savoir sur cet intrus, bien évidemment. Et elle n’a pas eu du mal à me confesser tout l’amour qu’elle lui porte. Malgré mes grognements. Voici son histoire.

Mon humaine est fille unique, comme Le coussin péteur 😀 N’ayant pas de frères ou sœurs, elle a toujours eu une sensibilité à part pour les animaux en général et les chiens en particulier. Quand elle était gamine et qu’elle passait ses vacances chez ses grands parents, elle était entourée de gros chiens de berger, car ils ont des troupeaux de moutons. Je rêve d’y aller une fois, histoire de faire la loi avec ces ovins 😀

Les chiens l’ont toujours aimée et elle a avec nous une connexion spéciale. Mais elle n’a jamais pu en avoir un à la maison, car elle vivait en appartement et ses parents n’en voulait guerre. Ceci dit, elle a eu toute sorte d’autres bestioles : un aquarium avec plein de poissons tropicaux, des perroquets, des colombes, des lapins, des hamster, des cochons d’inde, des escargots, des têtards ;), un lézard et même un chat. Pas tous en même temps, hein ! Mais pour le chien c’était toujours niet.

Sauf que mon humaine est bien insistante et elle a réussi à les avoir à l’usure. Quand elle a commencé la fac, ses parents ont accepté l’idée de prendre un chien, mais seulement s’il était bien petit. Ce qui n’était pas l’idéal, car mon humaine adore les gros molosses 😀

1503517650473

Eh bien, un petit chien c’est mieux que pas de chien du tout, donc elle a accepté et elle est rentrée un jour à la maison avec un bébé bichon havanais récupéré chez une copine véto. Ce fut l’amour fou, elle passait des heures à le chouchouter, à le balader, à jouer avec.

Moins d’un an après l’arrivée de Micha dans sa vie, elle a eu la possibilité de partir en Erasmus à Paris. Possibilité qu’elle a prise volontiers, car elle était censée y passer une année universitaire. Sauf que 10 années universitaires plus tard, elle y est encore, parce que la vie est ainsi faite.

Au début, c’était parce qu’elle avait été acceptée à Sciences Po. Paris, après parce qu’elle voulait faire un stage dans une entreprise française, après parce qu’elle a trouvé un boulot qui l’intéresse, après parce qu’elle a rencontré l’humain. Fait est qu’elle n’est plus jamais rentrée en Roumanie pour y vivre.

Et Micha dans tout ça ? Eh bien, les premières années à Paris, mon humaine les a passées en résidence universitaire. Faut dire qu’il est strictement interdit d’avoir un animal quelconque dans les 9 mètres carrés de ces « apparts ». 

Plus tard, quand elle a enfin aménagé dans un vrai appartement, elle a demandé à ses parents d’amener Micha pour vivre avec elle. Mais, à ce point, ils s’y étaient beaucoup attachés. Et ils ont refusé. Mon humaine a été déçue, elle avait enfin réuni toutes les conditions pour faire venir son chien. C’est juste qu’entre temps, il n’était plus son chien.

Ça l’a fait beaucoup souffrir, mon humaine. Mais elle a compris que pour ses parents c’était important et, petit à petit, elle s’y est faite. Quelque temps plus tard, elle a trouvé un vieux chat dans la rue. Elle s’est dit que c’était un signe du destin et elle l’a ramené à la maison. Et quand elle a rencontré l’humain et qu’ils se sont installés ensemble, ils ont voulu aussi avoir un chien. C’est comme ça que je suis arrivé dans leur vie.

Et même si je râle parce que je ne suis plus ni fils unique, ni unique fils, je suis content de savoir qu’il a ouvert pour moi la route 😀 Ce petit con.

Whiskey

 

5 comptes Instagram dans lesquels je retrouve mon malheur d’ancien fils unique

Sur Instagram on trouve plein de comptes et de styles différents, mais on ne se retrouve pas dans chacun d’entre eux. En ce qui me concerne, j’ai un faible pour ceux avec deux chiens. Peut-être parce que j’essaie de trouver une explication logique au fait que l’humaine s’est dit un beau jour qu’un deuxième chien serait une bonne idée et me rassurer sur le fait qu’elle ne soit pas la seule dingo dans la nature.

J’aime bien Le coussin péteur, mais j’étais pas mal dans le rôle du fils unique et cette chieuse me pique constamment mes jouets. Du coup, ça me fait du bien de voir d’autres malheureux comme moi qui partagent leur vie avec un petit nouveau que j’imagine chiant et collant. Oui oui, je sais de quoi je parle.

Voici donc ma sélection de 5 comptes Instagram que j’adore suivre par empathie :

Le compte de Floriane est plein de jolies photos de ses deux chiennes  Nala et Night, de sorties canicross et tests de matériel en pleine nature. Vous allez découvrir un univers très girly et envoutant, car elle partage avec beaucoup d’amour sa relation avec ses deux acolytes, avec ses bons et ses mauvais côtés.

sshot-1

Team Crevette : au début il y avait Laura et Swanna, deux chicas pleines d’énergie avec des énormes sourires sur la ligne de départ des canicross 🙂 Depuis peu, il y a aussi Kheops un jeune Podenco Canario que Laura a adopté d’un refuge en Espagne. Eh oui, car Laura a un cœur aussi grand que son joli sourire. Swanna, ma chérie, je te plains, il est déjà plus grand que toi à 5 mois seulement et avec ce regard de tombeur, je suis sûr qu’on lui tolère tout.

sshot-2

Chloé et son wild pack : ma petite Chloé est une sportive de haut niveau, une pile électrique et une sensibilité hors paire. Elle est une flèche sur les trails les plus rudes et une passionnée de canicross comme j’en ai rarement vues. Elle a adopté d’un coup ces deux belles créatures longilignes, Kenïa et Plum, qui partagent son quotidien et son amour pour les sorties en plein air depuis quelques mois, en attendant qu’elles soient enfin assez grandes pour se lancer sur les parcours avec leur maîtresse.

sshot-3

Dans la vie d’Audrey il y avait une rouquine berger australien, Moon. Aujourd’hui, elle a fait de la place pour accueillir également une superbe border collie, Lou. Une maison plein de chiens et d’enfants est une maison heureuse 🙂 Si, en plus, ils sont tous beaux comme chez Audrey, c’est encore mieux et plus agréable à regarder. Jetez juste un coup d’œil à leurs photos, vous allez comprendre.

sshot-4

Sur son compte, Hélène partage son affinité pour tout ce qui est esthétique : de jolis paysages, des couchers de soleil à couper le souffle, des voyages à l’autre bout du onde, l’architecture parisienne, ses sorties running et ses deux dalmatiens. Beaux gosses tous les deux et de sacrés bonnes gueules, ils sont fans de canicross et pas fans de Cruella DeVil.

sshot-5

J’avoue que finalement avoir un deuxième chien à la maison n’est pas si mal que ça. Avec Loulou on se marre pas mal en fin de compte et même si elle pue de la gueule, je ne vois pas ma vie sans sa petite tête ridée et son caractère de cochon. Je pense que si vous avez des frangins vous voyez de quoi je parle 😀

On est donc d’accord : si vous n’avez pas encore de chien, dépêchez-vous d’en adopter. Et si vous en avez déjà un, allez vite en adopter un autre :))

Whiskey