Mes amis, les humains

Choisir ce que je préfère entre les humains et les chiens est assez facile pour moi : sans hésiter, je choisis les humains. Tout d’abord parce qu’en tant que border collie  je fais partie des chiens de travail. Cela veut dire que, depuis des siècles (depuis le XVIIème pour être précis), mes ancêtres ont travaillé beaucoup plus avec leurs maîtres qu’avec leurs paires. Les chiens de troupeau sont souvent amenés à travailler à plusieurs, mais chacun d’entre eux a un rôle bien précis dans le procès et ça signifie une vie plutôt solitaire, en fin de compte.

Deuxièmement, je me méfie de mes congénères depuis que je me suis fait attaquer quand j’étais encore un jeune chiot innocent. Il faut dire que depuis mon plus jeune âge, mes humains m’ont amené à la rencontre d’autres chiens, à peu près tous les jours. Une fois que j’ai eu tous mes vaccins, je suis allé à cet endroit de rencontre qu’ils appellent « le parc ». Là bas, j’ai croisé tout type de chiens. Mon humaine me disait que c’est par des essaies et des erreurs et en voyant les autres agir que j’apprendrai moi aussi à me comporter en société. Et ça se passait plutôt bien.

runwithurdog perfect fit

En même temps, je voyais aussi beaucoup d’humains. Tous les amis des miens venaient à la maison pour me rencontrer, m’amenaient des jouets et des friandises, il paraît que c’est la coutume chez les humains. C’est vrai que chez les chiens ça n’arrive pas de ramener une baballe à un clebs que tu ne connais même pas. Déjà quand je connais, je n’ai pas très envie de partager, vous imaginez, vous, donner tout simplement vos jouets à quelqu’un d’autre ? On rencontrait aussi beaucoup d’humains dans la rue qui s’émerveillaient déjà de ma beauté et demandaient de me faire des câlins.

Puis, un jour, on est partis en vacances. Les vacances c’est chouette, parce que les humains ont plus de temps pour toi. On passait nos journées ensemble, à faire de longues balades sur la plage et nager dans l’océan. Un jour, lorsque je gambadais insouciant devant mes humains, j’ai entendu un bruit de galop furieux en ma direction. Je n’ai pas eu le temps de lever la tête et voir ce qui fonçait sur moi, que j’ai senti un fort impact sur mon flanc gauche. Apeuré, j’ai à peine eu le temps de réaliser que je me faisais agresser et que j’étais trop petit et trop faible pour riposter. Je me suis donc laissé faire, sans même m’y opposer. Je pense que la panique qui avait pris le dessus sur moi ce jour-là a laissé des traces pour toujours.

Depuis ce moment-là, ma relation avec les chiens a basculé. Je m’en méfie, car on ne sait jamais lequel d’entre eux pourraient me faire la même chose que ce chien sur la plage. Mon humaine se moque de moi en disant que je n’était déjà pas très courageux dès le départ, mais maintenant je ne me fais plus avoir. Si je ne suis pas très sympa avec mes congénères, c’est parce qu’au plus profond de moi, j’en ai encore peur.

Je ne suis pas complètement sauvage non plus, hein. Bon si, si vous écoutez mon humaine. En vrai, si le chien que je croise a un langage corporel positif ou de soumission, ça me rassure et je réagis de manière plutôt cool. Mais je dois être d’abord reconnu dans mon rôle de alfa. Une fois que c’est fait, je permets à l’autre de me renifler et je lui renifle également les fesses, c’est de la pure politesse, voyons ! Je n’ai toujours pas compris pourquoi les humains ne font pas ça au lieu de se faire la bise lorsqu’ils se rencontrent. C’est ridicule.

Après, si le chien que j’ai en face est joueur, on peut passer un bon moment à se courir après, à faire des roulades et à tirer chacun d’un bout du bâton pour voir lequel est le plus fort. Évidemment, c’est souvent moi. L’humaine se moque, en disant que c’est normal, je ne choisis que des copains lilliputiens. Est-ce de ma faute si mon meilleur ami est un spitz nain de 6 kilos tout mouillé et si grâce à lui j’ai découvert que ce qui est petit est aussi mignon ? Est-ce de ma faute si je vis avec un chien en mini-format à la maison également ? Les goûts et les couleurs, les amis !

Comme on vit à Paris, ça ne m’arrive presque jamais de rencontrer un autre chien lorsqu’on est tous les deux libres. Et, honnêtement, je trouve que c’est la seule manière de laquelle deux chiens devraient se rencontrer. Lorsque je croise des chiens et qu’on est tous les deux détachés, on peut s’éviter si on n’a pas envie de se dire bonjour ou on peut s’approcher en décryptant le langage corporel de l’autre. Il y a des codes d’évitement, des signaux d’intérêt et tout un protocole d’approche qui doit être respecté pour être sûr que les rencontres se passent bien.

runwithurdog perfect fit

Je vous conseille vivement d’éviter d’imposer des rencontres à votre chien. Et lorsqu’il est en laisse, il n’a pas vraiment le choix. La laisse fausse une bonne partie du message, car on ne peut pas se tourner autour comme on le ferait en temps normal : vous avez assisté au moins une fois dans votre vie à une scène ou les laisses s’emmêlent, n’est-ce pas ? De même, la laisse peut dénaturer la conversation entre deux chiens, car toute tension ressentie dans la laisse peut être interprétée comme une agression ou une crainte manifestée par son humain, ce qui mène à peu près au même résultat.

Vous l’aurez compris, je ne suis pas du tout fan des rencontres en laisse, même si parfois c’est juste inévitable et que j’ai rencontré beaucoup de chiens de cette manière.

runwithurdog perfect fit basic runners

En ce qui concerne les humains, je suis moins exigent, mine de rien. En même temps, aucun d’entre eux ne m’a encore mordu. Sauf le petit Léo, dix mois et pas toutes ses dents. Ça ne compte pas, il m’avait pris pour du chocolat. J’aime bien les humains et surtout les humaines, je vois dans leurs yeux que je suis beau et c’est assez flatteur. Quand les copines de mon humaine viennent à la maison, je leur saute dans les bras, je suis ravi de ces rencontres.

Souvent, dans la rue, les gens s’arrêtent pour me regarder. Il y en a même qui demandent à me prendre en photo ou à se prendre en photo avec moi. Oui oui, certains me reconnaissent même des réseaux sociaux. On ne m’a pas encore demandé d’autographe, il paraît qu’il faut absolument avoir de pouce pour en signer.

runwithurdog perfect fit

En tout cas, les humains sont mes copains, surtout ceux qui me jettent des balles. Je pourrais passer des heures à les leur ramener. C’est d’ailleurs la méthode préférée de mes humains pour me présenter de nouveaux gens, ils leurs demandent de me jeter une balle. C’est un peu comme un drapeau blanc pour moi, ça dit « je viens en ami ».

Quelques conseils quand même, lorsque vous approchez un chien que vous ne connaissez pas :

1. Ne le fixez jamais sans cligner des yeux, des fois les humains oublient de le faire et ça leur donne un air flippant et menaçant. C’est important de cligner des yeux, hein, vous n’êtes pas des robots.

2. Ne tendez pas votre main dans sa direction de manière précipitée et surtout pas par dessus sa tête. S’il s’agit d’un dominant, comme moi, on ne me mets pas la main sur la tête si on ne s’est pas encore reniflé les fesses, on s’est pris pour qui ?

3. Pire encore, ne lui tendez pas une main hésitante en la retirant apeuré chaque fois qu’il s’approche. C’est louche comme comportement, il risque de ne pas comprendre le message.

runwithurdog perfect fit

4. Ne vous baissez pas à son niveau non plus, cela peut passer pour un affront, on se met devant quelqu’un quand on a envie de le défier, chez les chiens.

5. Laissez plutôt le chien s’approcher de vous à sa guise et à son rythme, on n’aime pas être pressés quand on rencontre un nouvel humain. Je sais que ça fait longtemps, mais je descends du loup, mine de rien, certaines choses sont transmises dans le ADN.

6. Parlez-lui sur un ton doux et monocorde, les gens qui changent d’intensité ou de tonalité m’exaspèrent, personnellement, car on ne perçoit décidément pas les sons de la même manière.

7. Ne touchez jamais un chien avant de demander l’autorisation à son humain. Ça m’arrive parfois, quand je me balade avec l’humaine de sentir une main venir dans ma direction de nulle part et ça, je n’aime pas. Ces humains-là ont le droit au plus large de mes sourires, avec toutes les dents bien aiguisées, pour leur faire comprendre que si on ne se connaît ni d’Adam, ni d’Eve c’est pas la peine de me prendre pour leur toutou, je suis loin d’être un toutou, madame !

8. Si on vous l’a autorisé et que vous l’avez d’abord laissé s’habituer à votre présence, sentir votre odeur et comprendre à travers votre voix que vos intentions sont amicales, approchez le chien par le bas, touchez plutôt le devant de son cou que ça tête.

Voilà mes conseils en ce qui concerne la découverte de nouveaux amis. Dites-moi si ça marche pareil chez vous ou vous avez d’autres techniques.

Whiskey

 

Publicités

Courir avec son chien – mais pourquoi ?

Mon humaine a toujours aimé le syntagme latin mens sana in corpore sano – un esprit sain dans un corps sain. Si elle pouvait, elle se le tatouerait sur le front. Elle est convaincue qu’un corps harmonieux, musclé et endurant apporte une bonne estime de soi et un état d’esprit positif. Et je ne sais pas pour vous, mais elle, c’est ce qu’elle cherche dans la vie.

Elle dit que le sport est un moyen d’être en bonne santé et de cultiver le goût pour l’effort, une qualité essentielle chez l’être humain. Surtout parce que nous vivons à l’époque de l’immédiat, du « tout à un click distance » et les humains ont régulièrement besoin qu’on leur rappelle que les choses importantes, celles qui valent vraiment la peine, sont, la plupart du temps, des procès de longue durée. Un corps, une relation, une carrière, un enfant, tout ça prend du temps à se construire et évolue petit à petit et surtout en permanence.

runwithurdog canicross
Photo crédits Lola Ledoux Photographe

Le sport en général et le running en particulier nous ont permis de faire de belles rencontres et de transformer des relations existantes en relations encore plus profondes et significatives. Avec l’humaine, nous avons commencé à courir ensemble il y a près de 4 ans maintenant, deux débutants qui ont découvert patte dans la main les joies et les tristesses de ce sport.

Nous avons parcouru des milliers de kilomètres depuis et nous avons surtout appris beaucoup de choses l’un sur l’autre et sur nous-mêmes. A travers le canicross, nous avons découvert des super pouvoirs qu’on ne pensait pas avoir et on a réussi à surpasser des épreuves, atteindre des objectifs, continué à grandir.

runwithurdog Andreea Whiskey dog love
Photo crédits Lola Ledoux Photographe

Ca nous a transformé en véritable équipe. Je suis sa motivation et son garde du corps : impossible de se dégonfler pour une sortie quand elle me l’annonce et impossible aussi de se faire embêter par des « importuneurs » opportunistes quand je suis à ses côtés (les filles sauront de quoi je parle). Elle est mon running buddy, ma partenaire de fun et de folie et parfois mon boulet. Mais, ensemble, il n’y a rien qui nous arrête. Je l’ai accompagnée jusque là sur 2 prépas marathons complètes et je ne sais plus combien de semi-marathons, 15km, 10km, courses d’obstacles.

runwithurdog courir avec son chien
Photo crédits Lola Ledoux Photographe

Notre blog et compte Instagram ont un seul objectif : rendre un peu de ce bonheur qu’on a la chance de vivre, de cette motivation sans limite qu’on se transmet au quotidien, cette joie de partager avec mon humaine et avec vous les réussites et aussi les échecs d’un duo qui a envie de se surpasser et se démontrer qu’on est ce qu’on choisi d’être. Ensemble on est plus forts.

Alors si vous avez un chien, petit ou grand, mais en bonne santé, sortez jouer, le balader, courir avec lui. Sortez. Bougez. Partagez ! Et si vous avez envie de vous mettre au sport, de changer votre vie pour de bon, d’arrêter de procrastiner et vous dire que vous commencerez une nouvelle vie lundi prochain, prenez un chien. Vous n’aurez plus le choix.

Whiskey

La Wamiz Run est de retour le 25 mars au Bois de Vincennes – gagnez vos places !

L’année dernière, je participais avec l’humaine à la première édition de la Wamiz Run – dont tu trouveras mon compte rendu par ici. Cette année, j’y serai encore et ce sera deux fois plus de fun, car, en plus du canicross qui aura lieu dans la matinée, il y aura aussi de la canimarche, dans l’après-midi ! Comme ça, tout le monde trouvera son bonheur.

Comme l’humaine est enceinte et, qu’en plus, elle sera dans son dernier mois de grossesse lors de la course, nous allons participer à la canimarche : 4 kilomètres, ça nous fera une jolie petite balade et c’est bien plus raisonnable. Le canicross, lui, est de 6 kilomètres et, pour les deux courses, pour chaque kilomètre parcouru par vous et votre chien, un euro sera versé à l’Association des Chiens Guides de Paris.

Runwithurdog Wamiz Run Loulou canicross

Comme l’année dernière, le village de l’événement attend tous les dog lovers pour découvrir plein de sports canines, des animations et démonstrations. Toute la journée du 25 mars sera plus que dog friendly sur le parvis du Château de Vincennes.

Les stands des partenaires de la Wamiz Run proposent des massages gratuits pour les chiens (j’ai hâte de tester à nouveau, l’année dernière j’ai adoré ce moment détente !) des séances de toilettage, des initiations aux premiers secours canins, un dog bar et plein d’autres surprises.

Tous les chiens sont les bienvenus, les petits comme moi, comme les grands. Mon humaine dit qu’il n’y a pas de chien qui n’est pas adapté aux sports canins, quand l’envie est là. Il faut, bien évidemment, adapter l’intensité et la duré des entraînements en fonction de la race, l’âge et l’état de santé de chacun et, pour cela, je vous conseille de demander l’avis de votre vétérinaire. Mais si vous avez envie de bouger vos popotins, lors de cette journée vous pouvez découvrir de nouvelles idées d’activités à pratiquer avec votre chien.

Pour vous inscrire à l’événement, cliquez ici. Vous pouvez aussi gagner votre place, grâce à moi 🙂 3 places pour le canicross et 2 places pour la canimarche vous attendent ! Pour les gagner, il suffit de commenter cet article, en nous disant pourquoi vous avez envie de participer à la Wamiz Run. Pour maximiser vos chances, vous pouvez également participer sur notre compte Instagram.

Bonne chance à tous !

Loulou

10 choses que vous ne saviez pas sur moi

J’ai fait, il y a un petit moment, un article sur les 10 choses que vous ne saviez pas sur mon humaine et ça a eu l’air de bien vous plaire. Du coup, je me suis dit que ce serait encore plus sympa de vous faire le même type d’article, mais sur moi, car je suis dix fois plus intéressant, bien sûr.

runwithurdog dogs of paris
Photo credits Dogs of Paris

J’ai été acheté sur LeBonCoin

Oui, Le truc à ne pas faire, n’est-ce pas ? Mes humains étaient jeunes et naïfs et sans expérience à l’époque et ils voulaient absolument un border collie. Comme ils ne savaient pas trop où en trouver, ils ont cherché sur Leboncoin. C’est bien là qu’on trouve tout, pas vrai ? Bon, je ne vais pas me plaindre, ça a été la chance de ma vie. Mais, il se trouve que la dame chez laquelle ma mère biologique vivait lui faisait faire 2 portées par an pour se faire de l’argent et ça, ce n’est pas le top. Heureusement, mes humains ont un peu mûrit depuis.

Je ne viens pas d’une ligné dé travail

Évidemment, lorsqu’on récupère son chien dans le 78, d’un appartement au 2ème étage, pas question d’y trouver des moutons. Ma mère n’a jamais travaillé au troupeau, mon père non plus et je suis prêt à parier que ce n’était pas le cas de mes grands-parents ou arrières grands-parents non plus. Ca ne change rien, mes humains n’ont pas de moutons non plus, mais ça veut juste dire que de ma race je ne tiens qu’une partie des quantités.

J’ai peur des orages

Oui, oh, d’accord, ça ne fait pas très virile tout ça. Je m’en fous. Vous avez déjà entendu les bruits que ça fait ? C’est horrible. On dirait que le ciel s’ouvre et de choses affreuses vont en tomber. Je n’ai même pas honte de me réfugier dans les bras de l’humaine quand j’entends les tonnerres. Enfin si, un peu, mais je vivrai avec.

runwithurdog dogs of paris whiskey
Photo credits Dogs of Paris

J’ai fait du travail de troupeau…

…et j’ai chiqué tous les moutons sans exception. Hop, une fesse par ci, une patte par là. Il y avait une pluie de laine blanche autour de ma tête et ces moutons qui n’ont rien compris et rien vu venir non plus. Je me suis bien amusé, mais pas les humains, visiblement. Je vous raconterai cette expérience un jour, ça a été trop marrant

J’ai été dépossédé de mes bijoux de famille

Ca, je ne le pardonnerai pas à mes humains. Ils ont écouté les conseils de ce véto trop stupide, de ce comportementaliste  canin de mes deux… enfin plus maintenant. Soit disant j’allais être plus sympa avec mes congénères mâles après, car plus de raison hormonale. Haha, oui, c’est ça, l’expert ! Bravo ! Rien à faire de tes théories.

J’adore l’océan

De toutes mes forces. Je me jette dedans à toute vitesse, dès qu’on arrive sur une plage. J’aime nager, attraper les vagues, suivre les humains qui font du body board ou du surf. D’ailleurs, je pense que ça me plairait bien, mais l’humaine a amener Loulou en faire et pas moi, cette année. Peut-être parce qu’elle pèse moins lourd. Mais j’espère essayer moi aussi bientôt.

Je ne mange pas tout et n’importe quoi

Il y a plein de choses que je snobe, je ne m’intéresse pas beaucoup à la bouffe de manière générale. Pour capter mon attention, il faut faire mieux que ça. C’est pour ça que mon humaine est ravie quand j’accepte une marque de croquettes, ça veut dire que c’est vraiment pas mal. Le Coussin péteur, par contre, elle mange vraiment tout. Même du carton, pour vous dire.

runwithurdog dogs of paris whiskey
Photo credits Dogs of Paris

Je n’ai toujours pas compris qui est le gars dans le miroir

Il m’énerve celui-là. Il fait le beau gosse, il me fixe sans honte, il m’exaspère. En plus, je le vois aussi dans la vitre et dans la télé, j’ai envie de lui dire 2-3 mots, il verra bien.

Ma passion dans la vie est le tennis

Je sais reconnaître le bruit d’une balle à des kilomètres, que ce soit dans la nature ou même à la télé. Mes humains en font et j’ai grandit avec le son d’une raquette qui tape dans la balle, ça me rend fou.

J’ai su que l’humaine était enceinte avant même qu’elle l’apprenne

Eh oui, il ne faut pas me prendre pour un bleu, son odeur avait vachement changé. Je passais mon temps à renifler ses cheveux et elle ne savait pas pourquoi, mais moi si et j’ai donc commencé à la surveiller de près, car cette dingo n’était pas au courant et elle faisait n’importe quoi, ça secouait le pauvre petit têtard dans tous les sens. Quand elle l’a appris, quelque temps après, elle a eu un moment « aaah c’est donc pour ça » et elle m’a pardonné d’être trop collant. C’est pour cette raison que je continue.

 

Je pense que vous me connaissez désormais un peu mieux grâce à cet article. Oh et les jolies photos de mon humaine et moi en train de sauter comme des petits fous dans tous les sens ont été prises par la talentueuse Antonia de Dogs of Paris 😉

Whiskey 

 

 

Streamleash – un nouveau concept de laisse de dog running

Je vous disais dans mon précédent article que je suis désormais une star du web 🙂 Blague à part, lorsqu’on fait partie d’une communauté aussi active et investie que la nôtre, nous sommes parfois sollicités par des marques qui viennent d’être lancées ou qui proposent un nouveau produit et qui voudraient le faire connaître.

Souvent, ce qui se passe c’est qu’on nous envoie un produit que nous testons et, en échange, nous lui donnons notre avis honnête sur la question. Lorsque nous en sommes ravis, nous partageons la découverte avec vous, parce que, la plupart du temps, il s’agit de nouveaux concepts et qu’on adore découvrir, à notre tour, les dernières nouveautés de notre domaine. Et que les réseaux sociaux sont l’endroit où l’information circule le plus facilement.

Parfois, les retours sont moins bons ou mitigés et là, vous le savez aussi. Mon humaine est partisane de la critique constructive 🙂 Il y a aussi des cas où les échanges restent entre la marque et nous, sous forme de recommandations sur des améliorations à faire au produit visé, en mode bêta-testeur.

Avec mon humaine, nous avons essayé quelques systèmes assez différents de laisses conçues pour le canicross et, la semaine dernière, une start-up américaine nous a écrit pour nous parler d’une idée assez originale. La laisse en question s’appelle Streamleash et il s’agit d’un système rétractable, qui donne tout le contrôle à l’humain.

streamleash laisse rétractable courir avec son chien runwithurdog

Le principe est simple : tout comme la laisse Lishinu dont je vous parlais ici, l’humain a un bracelet fixé sur son poignet. La laisse rétractable permet au chien d’avancer librement et suivre sans effort le pace de son maître.

Pas question de traction, ici, on ne parle pas du système classique avec un harnais, une laisse élastique et un baudrier qu’on préfère dans le canicross, mais, plutôt, d’un système adapté aux coureurs débutants ou qui ont simplement envie de faire une balade sportive avec leur compagnon.

streamleash laisse rétractable courir avec son chien runwithurdog

Cette idée plaisait bien à l’humaine, mais on va devoir attendre un petit moment avant de le tester, car, pour le moment, il s’agit d’un prototype. En effet, le projet cherche des fonds pour lancer la production des premières laisses. D’ailleurs, si vous souhaitez contribuer à ce concept ou vous connaissez des humains qui souhaitent le faire, vous pouvez soutenir le projet. La campagne est ouverte jusqu’au 1er mars 2018 seulement.

streamleash laisse rétractable courir avec son chien runwithurdog

Comme nous n’avons pas pu tester directement la chose, l’humaine a eu beaucoup de questions pour les représentants de Streamleash. Pour répondre à toutes ces questions, c’est le créateur-même du concept, Ian M. Blaylock qui nous a fait un retour en vidéo que vous pouvez retrouver ici.

Même si on n’a pas eu l’occasion de toucher et manipuler à notre guise le prototype comme on aurait aimé (car pour en construire un seul, les coûts sont d’environ 2500 euros, mine de rien !) le concept nous semble super intéressant. A voir juste ce que ça donne d’avoir une main occupée avec la laisse, surtout pour mon humaine qui a déjà son téléphone greffé dans l’autre 😀

Qu’en pensez-vous de ces systèmes attachés au poignet ?

Whiskey

5 conseils pour courir avec son chien en hiver

Quand il s’agit de courir en hiver, on est tous d’accord – humain et chiens – que c’est un exercice un peu particulier. Pour les humains, il paraît qu’encore plus que pour nous, car il doivent trouver la motivation de sortir dans le froid. Alors que pour moi, courir dans le froid, ce n’est pas un problème. Il faut dire que les poils, ça aide.

Les humains ont la fameuse technique des couches successives pour se protéger des intempéries. C’est utile, parce qu’ils peuvent s’en débarrasser petit à petit, dès qu’ils commencent à avoir un peu chaud. Pour nous, c’est un peu différent, car on ne peut pas augmenter et diminuer l’épaisseur de la couche de fourrure qu’on a sur le dos.

Voici quelques conseils pour courir sans risques avec votre chien, même par ce temps froid.

courir en hiver runwithurdog

En hiver, augmentez la durée de l’échauffement

Pour éviter les blessures, vous le savez déjà, il vaut mieux d’échauffer. Encore plus quand il fait froid. Privilégiez une préparation toute en douceur avant votre sortie, avec une bonne balade pour commencer et un peu de de trot pour préparer les muscles et les articulations à l’effort qui les attend.

Ceci vous permettra de ne pas choquer doublement le corps de votre compagnon de course, car les températures basses sont déjà un challenge pour notre organisme, mais, combinés avec un effort physique surprenant, elles peuvent engendrer des conséquences néfastes. Prenez donc votre temps.

Attention aux coussinets

Alors que vos pieds sont protégés par des baskets, nos coussinets sont en contact direct avec le sol. Et quand il fait froid et que la terre gèle, ça peut couper comme de la même manière qu’un rasoir. Souvent, en hier, les coussinets des chiens souffrent de gerçures et petites coupures qui peuvent devenir très embêtantes si elles ne sont pas traitées à temps.

Regardez systématiquement et vérifiez leur état et si vous constatez des bobos, faites une pause de sorties sportives. Il existent des gels et des crèmes spéciales pour protéger ces parties sensibles. Procurez-vous ce genre de traitement local, ça va vous servir!

courir avec son chien l' hiver

N’oubliez pas l’hydratation

Ce n’est pas parce qu’il fait froid qu’on n’a pas besoin de boire. C’est valable pour les chiens et aussi pour les humains. Faites boire votre chien avant et après une séance et à peu près tous les 4-5 kilomètres pendant les sorties.

Cela dépend, bien évidemment, de chaque chien, de leur taille, âge et alimentation, mais, de manière générale, faites des pauses régulières sur votre parcours pour l’hydrater et assurez-vous qu’il y a des point d’eau sur la route ou partez équipés d’une bouteille.

Diminuez la durée du retour au calme

Après une bonne sortie de running, il faut laisser le temps à votre corps et aussi à celui de votre running buddy de faire descendre la pression du sang, la température pour bien récupérer par la suite. On n’oublie donc pas de diminuer l’intensité de l’effort en fin de course. Mais, en hiver, essayez de ne pas prolonger inutilement ces moments, car on peut vite attraper froid.

runwithurdog hiver courir avec son chien

Gâtez votre chien avec un massage de récupération

Si vous voulez qu’il soit au top de sa forme, votre chien a besoin de récupération après un effort soutenu, au même titre que n’importe quel sportif. Les courbatures nous concernent aussi et les douleurs articulaires aussi.

C’est pour cette raison que je vous conseille de vous munir d’un gel de massage et de le gâter de temps en temps, en accordant une attention particulièr à son dos et ses pattes. Mon préféré est le gel à l’arnica de chez Bawaw Cosmétiques 

courir en hiver chien

Et vous, quelles sont vos astuces pour courir en hiver ?

Whiskey

Le canicross enceinte

Faire du canicross lorsqu’on est enceinte ? C’est de la folie ! C’est de l’inconscience, de la malveillance vis à vis du bébé pas encore né, c’est égoïste et risqué et ça ne vaut pas le coût. Attends, mais t’imagines comment le pauvre fœtus doit se sentir, secoué dans tous les sens, comme une canette de Coca, compressé par une ceinture et tiré par un chien ? Tu es malade ! C’est le genre de discours auquel mon humaine a eu droit de la part de ses proches lorsqu’elle répondait par l’affirmative quand on lui demandait si on continue nos sorties running à 6 pattes.

Mais mon humaine n’est pas du genre à prêter attention à l’opinion générale, surtout quand celle-ci concerne ses affaires très personnelles. Car les gens ont un avis sur tout et ils sont tous au moins experts en politique, foot et, apparemment, grossesse. Elle s’est dit qu’elle demandera plutôt l’avis des experts sur la question : sa gynéco, son médecin du sport et les ABC coachs sportifs avec lesquels elle travaille. Sa gynéco lui a donné le go, à valider et revalider à chaque fois qu’elles se voient, par précaution et en tenant compte des résultats de ses analyses médicales. Plutôt logique.

femme canicross runwithurdog

Son médecin du sport, lui, la suit depuis des années, depuis sa première blessure au genou et il a l’habitude de travailler avec des sportives qui tombent, elles aussi, enceintes à un moment donné de leur existence. Il lui a conseillé de ralentir la cadence, diminuer les distances, oublier le fractionné, travailler en endurance fondamentale. Mais, à part ça, feu vert pour des sorties tranquilles avec moi.

Les coachs sportifs lui ont recommandé des séances plus adaptées à sa nouvelle condition, suggéré de bien s’alimenter dès qu’elle a faim, qu’elle ne pousse pas trop et qu’elle s’hydrate encore plus qu’avant (comme si c’était possible ! elle boit plus qu’un cheval de course).

femme canicross runwithurdog

Avec tout cet arsenal de conseils de la part de ceux qui savent vraiment de quoi ils parlent et avec les résultats des analyses et échographies régulières en poche, mon humaine a décidé de surtout écouter son corps. Car, mine de rien, il lui disait pas mal de choses, lui aussi. Par exemple, dans le premier trimestre, quand elle mettait son réveil à 6h pour qu’on aille faire notre sortie tous les deux, mais que son corps lui disait merde, elle allait plutôt vomir que courir. Et moi, je comprenais, elle avait l’air tellement mal, la pauvre, que je ne lui ramenais même plus ses baskets.

Quand on finissait par aller faire notre séance, je l’entendais respirer différemment. Son rythme cardiaque était plus accéléré, elle s’essoufflait après une petite montée et elle n’avait plus du tout la même pèche qu’avant. J’ai vite compris que, pour me défouler, elle préférait me laisser en libre en début de séance, lorsque le parc était encore vide, et continuer la séance à un pace plutôt cool. Ça m’allait aussi : moi, tout ce que je veux c’est qu’on s’amuse ensemble.

Par la suite, ça a commencé à aller mieux, elle avait trop d’énergie. Le deuxième trimestre a l’air d’être vraiment top. Bon, elle me semble bien droguée aux hormones, car elle rigole tout le temps et se tape des fous rires toute seule. Elle a beaucoup de bonne volonté, mais son pace est toujours au ralenti. Pas la peine de forcer, on le sait tous les deux, donc on y va mollo et on profite de la vue.

femme canicross runwithurdog

D’ailleurs, à quoi ressemblent nos séances maintenant ? Eh bien, c’est toujours le matin, ça n’a pas changé. D’un côté parce qu’elle est plutôt une lève-tôt, mais aussi parce qu’on vit à Paris et, si elle a envie de me laisser un peu libre, elle doit le faire dans le parc lorsque le reste de la population dort. On commence toujours par une longue balade, elle me laisse le temps de renifler librement tous les buissons, les coins de rue, les poubelles et les Velibs. Quand on arrive au parc j’ai le droit à mon quart d’heure de folie. Il est tôt, il fait nuit, il fait froid, mais je m’éclate. Bon, des fois, il arrive qu’elle croise d’autres coureurs et là, c’est foutu pour ma liberté. Mais c’est plus rare.

Après, je reprends ma place devant l’humaine et je trottine tranquillou en lui lançant des petits regards par dessus l’épaule de temps en temps. Bah oui, on ne sait jamais. Quand je sens qu’elle va vraiment lentement, je me colle à sa jambe et je la fixe du regard presque en permanence. Cette humaine est sous ma responsabilité, j’ai promis à l’humain que j’en prendrai soin coute que coute. En plus, comme il y a aussi le petit têtard, maintenant, ça commence à ressembler à un petit troupeau, tout ça, je me sens à ma place.

femme canicross runwithurdog

Je ne tire plus comme un malade, je ne fais plus mes sprints de furie et, de toute façon, il ne faut pas oublier qu’avec la ceinture ou le baudrier, aucune pression sur le bébé, ça tire dans le dos. Mais je ne voudrais pas faire tomber mon humaine, son centre de gravité a changé et elle m’a l’air aussi stable qu’une toupie. Je me contente donc de suivre son rythme à elle.

On se fait dépasser par des mamies en fauteuil roulant et des chiens à 3 pattes et alors ? On s’en fiche, nous. Ce qu’on veut c’est de se dépenser un peu, partager un bon moment et profiter à fond des endorphines en fin de sortie. Mais, mine de rien, on connaissait l’existence du petit têtard depuis près de 3 mois quand on a participé au canicross de Darnétal 😀

Donc si vous aussi, vous vous demandiez comment ça se passe, le canicross lorsqu’on a comme partenaire une humaine enceinte, j’espère avoir répondu à vos questions. Sachez, en tout cas, que c’est tout à fait possible, car une humaine enceinte n’est pas une humaine handicapé. Il faut surtout demander l’avis des médecins et pas celui de mamie Josette et tata Yolande qui ont certes, connu la Grande Guerre, mais pas le dog running, s’écouter et si tous les voyants sont au vert, ne pas hésiter à continuer son sport, même le canicross.

Whiskey

Mes résolutions pour la nouvelle année

J’entends souvent les humains parler de résolutions. L’humaine se plaint que la salle de sport est pleine à craquer pendant quelques semaines en début d’année et j’ai moi-même vu des listes kilométriques de choses que les humains auraient envie de réaliser, écrites parfois à la main.

En tant que chien, je ne me sens pas vraiment concerné par les résolutions, quelque soit leur nature, car, d’un côté, je ne suis pas tout à fait libre de mes choix (je veux dire que je pourrais décider de ne manger que du canard cette année, si l’humaine me nourrit que de dinde, qu’est-ce que je peux faire, au juste ?) et de l’autre, parce que je trouve ça inutile.

2018-01-06 061887062705..jpg

Si, c’est vrai, c’est un peu con, les résolutions, avouez-le. Une fois par an, vous vous mettez à lister les changements que vous voulez faire dans vos vies et vous les liez à une date dans un calendrier. Sachant pertinemment que cette date est une convention sociale. Que vous pouvez donc prendre la même décision à n’importe quel autre moment de l’année. Mais vous, vous faites comme tous les autres, vous allez commencer un nouveau projet, un nouveau régime, une nouvelle étape dans votre relation, dès lundi. Ou le 1er janvier.

Je pense qu’il ne faut pas attendre des signes, chercher des excuses ou se cacher derrière son petit doigt. C’est probablement mon côté militaire qui parle, hein, si vous êtes du genre à faire des résolutions, ignorez-moi. Mais arrêtez de vous mentir et embrassez la procrastination. Parait que ça fait du bien.

2018-01-06 06675479811..jpg

S’il y a, par contre, bien une chose que j’ai envie de faire cette année et que je ne peux pas encore et qu’en plus je dois attendre une date qui n’est même pas encore déterminée, c’est de prendre soin du petit têtard. On ne sait pas à quel moment son arrivée est prévue, enfin si, mais il n’y a rien de moins sûr. Moi j’ai hâte de voir sa bouille et en faire mon copain pour toujours.

Toujours lié à ce projet et à une date indéterminée dans la futur pas très proche, mais pas très lointain non plus, je connais une des résolutions de l’humaine : c’est de faire un autre marathon cette année. Elle a ses yeux rivés sur l’un, en fin d’année. Histoire de se laisser le temps de s’habituer à sa nouvelle vie et pouvoir surtout reprendre le sport, après le débarquement du têtard. Oui, on s’y prépare comme pour une guerre, j’adore.

Si l’humaine a envie de faire un marathon post partum, c’est plutôt une bonne nouvelle pour moi. Ca veut dire qu’on ira courir encore plus, qu’on va se réveiller tôt et profiter d’un Paris qui dort pour la plupart des gens et qui n’est là que pour nous deux, qu’on va se vider la tête et enchaîner les kilomètres et que ce sera un moment rien qu’à nous. Je commence aimer les résolutions.

201801064130069191943709102.jpg

C’est pourtant marrant de se dire que les humains décident de faire et refaire des choses qui leur font apparemment très mal. Car, après ses marathons, l’humaine marche bizarrement pendant une semaine, elle crie chaque fois qu’elle s’assoit, elle pleure en descendant les escaliers et elle dit plus jamais. Et, après, quelques jours plus tard, elle cherche déjà un nouveau marathon à faire. Bizarres, ces humains.

Tiens, son dernier marathon, celui de Barcelone, elle a tellement aimé ces 4 heures de douleur, qu’elle les a immortalisées même dans un cadre. Elle a marché comme un canard pendant des lustres, mais elle continue à dire que c’est une expérience géniale et elle la recommande à tous ses amis. Moi je ne recommanderais jamais à mes copains un troupeau de moutons enragés, mais bon, on a déjà décidé que je ne comprenais rien aux bonnes résolutions non plus.

Vous en avez pris, vous, pour 2018 ? Il y a des choses que vous voulez absolument faire entre le 1er janvier et le 31 décembre ?

Whiskey

 

10 choses que vous ne saviez pas sur mon humaine

Mon humaine, je l’aime et je la connais par cœur. Mais comme notre communauté grandit de plus en plus, il y en a parmi vous qui ne nous connaissent pas encore très bien et je me suis dit que j’allais vous aider avec quelques éléments dont vous n’avez pas encore connaissance. Comme ça, vous saurez mieux à qui vous avez à faire.

Mon humaine vient de Roumanie. Oui, elle a entendu déjà toutes les blagues sur les accordéons et les pickpockets et elle en a inventés tout un tas aussi. Eh oui, il faut avoir de l’humour, dans la vie, mais surtout de l’auto-dérision 😀 C’est elle qui le dit.

Elle a fait Sciences Po. Paris et je vous dis ça parce que ça a l’air d’être bien important. En tout cas, je vois beaucoup de gens faire les yeux ronds quand ils entendent ça. Moi, je n’étais pas encore né, à l’époque, je ne sais pas si c’est vraiment un big deal ou pas, mais voilà, je vous l’ai dit et maintenant vous le savez.

Elle a travaillé à la radio pendant 6 ans. Elle a été découverte lors d’un événement organisé en Roumanie et a été recrutée dans la foulée, à 16 ans seulement. Par la suite elle a animé des émissions pour les jeunes même après son arrivée en France. Elle a une belle voix, on lui dit ça souvent.

1

Mon humaine aurait voulu être un garçon. D’ailleurs, quand elle était petite, elle pensait que ça pouvait encore lui arriver. Jusqu’à ses 9-10 ans, elle a attendu que ça pousse 😀 Après elle a compris que c’était foutu. Elle n’a jamais eu une seule poupée de sa vie et elle en a horreur même maintenant.

Elle a toujours été sportive et depuis son plus jeune âge elle a fait plein de sports différents, du foot avec les garçons de son quartier, de l’équitation, du ballet et même de la boxe anglaise. Mais depuis qu’elle a rencontré l’humain et que je fais partie de sa vie, elle a un soutien quotidien et une motivation permanente à la maison. Et ça, c’est pas négligeable.

Elle adore les animaux, mais tous les animaux, sans exception, même les araignées. Elle a d’ailleurs eu tout un tas de bêtes étranges au fil de l’eau, pour le plus grand désespoir de ses parents qui n’en pouvaient plus d’accueillir des lézards, escargots, grenouilles, hamsters et autres créatures.

Elle adore les langues étrangères. En ce moment elle perfectionne son espagnol en écoutant des livres audio et en a dévoré une bonne vingtaine l’année dernière.

2

Mon humaine est fan de photographie. Et de tout ce qui est artistique, en général, elle a une sensibilité pour tout ce qui est esthétique. Mais elle a découvert la photo lorsqu’elle travaillait dans la pub et elle a eu la chance de rencontrer quelques uns des plus grands photographes de notre époque. C’est à ce moment-là qu’elle a pris son premier reflex et a commencé à apprécier encore plus cet art.

Elle a rencontré l’humain dans un aéroport. Une nuit de Noël. En rentrant chacun pour visiter leurs parents pour les fêtes. Oui c’est romantique AF. Je vous raconterai tout ça un jour, si ça vous intéresse.

3

Elle n’est pas fan de la grossesse et elle a hâte que ça se termine. Pour rencontrer le petit têtard, mais surtout parce qu’elle est frustrée de ne pas pouvoir faire tout le sport qu’elle a envie de faire (et ça implique beaucoup de sauts) manger des fruits de mer et récupérer ses abdos qu’elle adore. Mais ça, je vous l’avais déjà dit ici.

Vous en savez désormais un peu plus sur l’humaine et je vous prépare un article similaire sur moi-même, je suis encore plus intéressant que ça, bien évidemment. Si vous avez d’autres questions, je suis là pour vous 🙂

Whiskey

Comment bien choisir son humain

C’est drôle quand on y pense, les humains sont suffisamment naïfs  pour avoir l’impression que ce sont eux qui nous choisissent.

bebe whiskey runwithurdog

Tiens, le jour où j’ai rencontré mes deux humains, par exemple. Comme je suis de nature compétitive, je voulais m’assurer de trouver une maison plus vite que les autres, sur ma fratrie de 6.

L’occasion s’est présentée quand on nous ont annoncé que le couple qui allait venir, cherchait un petit mâle. « Yes ! Jackpot ! » je me suis dit en me frottant les pâtes. A moi les gratouilles exclusives, les biscuits succulents et le grand lit ! Mais, avant, il fallait que je me rende le plus « adoptable » que possible. Ce qui est, bien évidemment, facile pour moi, avec mon caractère de séducteur 😀

Je ne voulais pourtant pas être adopté par n’importe qui. Je voulais de potentiels bons petits soldats à rallier à ma cause  sportive, que je prévoyais déjà. Donc je les ai un peu observés. Ils avaient l’air en forme, ceux-là. Je me souviens que la fille avait un joli sourire chaleureux, les mains douces et un étrange parfum de champs dans les cheveux. Le gars était très beau et athlétique, je me suis dit tout de suite que ce sera mon copain. Ils me plaisaient bien, c’était décidé, j’allais les séduire !

Ces humains-là m’avaient trouvé sur un truc appelé Leboncoin. Je ne sais toujours pas ce que c’est, mais il parait que ce n’est pas toujours une bonne idée. Il semblerait que les humains plus fute-fute vont dans des élevages pour adopter. Ou à la SPA. Mais heureusement pour moi, les miens n’étaient pas au courant.

Whiskey runwithurdog

Je les ai entendus se chouchouter à l’oreille qu’ils n’avaient qu’un seul critère : choisir le plus beau ! On est faits pour être ensemble, je me suis dit, moi aussi je voulais des humains pas laids. Donc je me suis appliqué à faire le beau et battre des cils de la manière la plus séductrice que je pouvais. La fille a craqué la première. J’ai deviné dans son « awww regarde celui-là » que je la tenais !

Comme un bon lieutenant de l’armée de terre en devenir, ma mission, que je me suis donnée et accepté tout seul, était de faire de jolies roulades maladroites pour la faire fondre. Ce sont les femmes qui décident de tout, c’est connu. « Who run the world ? » qu’elle dit Beyoncé. Eh oui, moi je le savais. Donc après quelques roulé-boulé dans sa direction, elle me serait près de son cœur.

Puis, tout d’un coup, ils sont sortis de l’appart. J’ai eu peur qu’ils aient changé d’avis, mais ils sont revenus quelque temps après, ils s’étaient mis d’accord, ça allait être moi ! Alors, chers amis, de mon expérience personnelle, je conseille à tous les jeunes chiots de choisir leurs humains sur trois critères : de beaux yeux, une bonne odeur et un grand sourire. C’est comme ça que le coup de cœur opère, au cas où vous ne le saurais pas. Et une fois qu’on a un coup de cœur, tout est possible.

Whiskey