J’ai rencontré Laïka, le robot compagnon de vie pour chien

Que les humains s’occupent de moi, c’est un sacré plaisir. Je suis une princesse, que diable ! Même s’ils m’appellent Le Coussin péteur 😀 Mais avoir un valet personnel, c’est encore mieux. Avec l’humaine, on est allées entre filles découvrir ce fameux majordome robot qui s’appelle Laïka, inventé par une jeune start-up innovante, Cam Toy. C’est mon copain MJ the beagle qui nous a invitées, enfin surtout moi, parce qu’il me trouve sexy, ce playboy, j’en suis sûre. L’humaine était là pour être à ma discrétion, évidemment.

MJ The Beagle _ Camtoy _ Noam Thiam-Cohen 1er Septembre 20175

Laïka est un vrai compagnon pour les chiens qui restent seuls à la maison 

Je vous avoue qu’au début j’étais assez sceptique, parce que cette Laïka ressemble un peu à un aspirateur et je n’aime pas les aspirateurs. Mais petit à petit, pendant la soirée et avec la démo que nous a faite Thomas, l’un des inventeurs, j’ai commencé à l’apprécier. Surtout quand elle a commencé à me jeter des friandises.

Alors Laïka, qu’est-ce que ce c’est ? C’est un dispositif dont le rôle est de permettre aux humains d’interagir avec nous à distance. Laïka a été conçue pour ceux d’entre nous qui passent de longues heures seuls à la maison, pendant que les humains s’amusent comme des petits fous au travail.

Ce robot répond à toutes les questions que mon humaine se pose pendant sa journée : est-ce qu’avec Whiskey on est sages ? Est-ce qu’on aboie comme des malades quand un voisin passe devant notre porte ? Qui a mangé sa chaussure Furla ? Qui a mâchouillé le bouquin « L’éducation canine pour les nuls » ? On ne le saura jamais 😀

 

Pour soutenir ce projet, il sufit de faire votre contribution sur le site du robot compagnon de vie pour chien.

Publicités

Mon histoire de cardiaque

Bonjour, je m’appelle Loulou et je suis cardiaque. J’adore casser l’ambiance comme ça, en mode Alcooliques Anonymes. Je suis née avec une déformation du cœur, qui aurait pu m’amener à une mort prématurée, si je n’avais pas fait craquer mon humaine. Mais comme je suis une petite maline et que j’ai appris très tôt à faire usage de mon charme naturel, je m’en sors plutôt pas mal, hein !

1496482454138

Etre un coussin péteur cardiaque, ce n’est pas chose facile, je vous le dit

Je suis née dans un élevage de bergers allemands, dans l’Indre et Loire. Très classe, l’Indre et Loire, pas vrai ? Oui ok, mais je suis une aristocrate, avec un nom à particule ! Ah oui je (me la) pète. Ma maman était un peu âgée et elle s’apprêtait à prendre sa retraite sur le marché de la reproduction. Je suis sa dernière progéniture et, visiblement, pas la plus réussie. Fille unique, comme mon humaine, je pense qu’elle a vite accroché avec mon côté « sale gosse » qu’on retrouve chez elle aussi 😀

Mon sort était scellé, car personne ne veut d’un toutou qui risque de clamser à n’importe quel moment et l’éleveur ne pouvais pas se permettre de me garder : j’aurais été inutile à la reproduction. Un peu cruel comme jugement, mais j’ai vite appris que la vie est injuste.  Il faut croire que je suis quand même née sous une bonne étoile, car un jour, deux humaines sont venues visiter l’élevage et ma vie a changé. L’une d’entre elles était la nièce de l’éleveur, l’autre, mon humaine.

Elle venait pour voir les bergers allemands, car elle aime beaucoup cette race et sa copine lui avait proposé de venir jouer avec les petits lorsqu’elle passait un weekend en famille pas loin de l’élevage. Mais elle est tombée sur moi et quand on lui a raconté mon histoire, j’ai vu des larmes monter dans ses yeux. Je me suis dit que c’était mon jour de chance, car un humain sensible est un humain à garder.

J’ai tout de suite pris la plus triste et malheureuse des têtes que je pouvais et les puppy eyes que je m’entraînais à faire pour ce jour précisément.

loulou

Il faut dire que je suis super craquante, donc elle a même oublié les bébés bergers allemands qu’elle était venue voir et elle a passé son temps avec moi seulement. J’ai vite compris qu’elle n’allait pas partir sans moi. Sauf qu’elle avait, apparemment, déjà un chien à la maison et ça ne plaisait pas beaucoup à la fille unique en moi. Mais c’était ça ou la mort, donc bon, le choix est vite fait 😀

Quelques heures plus tard, j’embarquais dans une voiture qui sentait le fauve et j’écoutais cette étrange humaine expliquer au téléphone à son humain à elle qu’elle ne rentrait pas les mains vides. Je les ai bien remplies peu après, d’ailleurs, parce que j’ai été bien malade en voiture 😀 Comme ça, elle a vite compris à quel point je suis une créature délicate et élégante 🙂

1494175837329

Qu’est-ce que ça veut dire, être cardiaque, au quotidien ? Eh bien pas grand chose, à vrai dire. Je suis asymptomatique pour l’instant. Tant mieux ? Oui et non. Le problème est là, mon cœur biscornu peut lâcher quand bon lui semble. Je fatigue assez vite et je ne respire pas toujours bien, mais le véto dit que ça peut être une caractéristique des bouledogues français. Et encore, je n’ai pas le museau aussi écrasé que d’autres !

Pour renforcer ce muscle tordu qui bat dans ma poitrine, mon humaine essaie de me garder en forme avec de l’exercice régulier, mais pas de haute intensité, me nourrir  bien et me rendre heureuse 🙂

J’ai peut-être un cœur fragile, mais je n’apprécie pas qu’on me traite comme une malade.

Alors ça, c’est niet. Ok, ça n’empêche mon humaine de parfois me traiter comme si j’étais de porcelaine.

1491648613826

Entre des problèmes cardiaques et une patte cassée à 4 mois qui m’a valu une opération de 3 heures et des mois d’immobilisation, je n’étais pas le prototype du chiot classique. Elle m’a un peu pourri gâtée, disent les jaloux. Et ils n’ont pas tort, mais ça m’arrange. On m’a toléré plus de conneries qu’à Whiskey et j’en suis ravie. D’autant plus que je sais pertinemment qu’elle préfère les gros chiens. Oui je suis un petit gabarit, mais j’ai un gros caractère. Si si, je t’assure, le mien est plus gros que le tien.

1490978730233

Mes humains sont les meilleurs humains du monde et même ce con de Whiskey est cool, malgré son caractère de petit soldat. On joue bien tous les deux. Je lui pique ses affaires, pour l’emmerder, mais il est comme un frère pour moi. Je pense qu’on pourrait dire que j’ai eu de la chance parce que je suis entourée de beaucoup d’amour et de joie. Je ne sais de quoi demain sera fait, mais quoi qu’il en soit, je vis ma vie à pleine vitesse et je la croque à pleines dents. Et je vous conseille de faire de même, que vous soyez cardiaque ou pas.

Le coussin péteur fait du surf

Ce petit con de Whiskey m’appelle Le coussin péteur, mais ça ne vaut même pas un pet de lapin pour moi. Au fond de lui, il sait que je suis une sexy girl pleine de potentiel et qu’il est jaloux, c’est tout. Un vrai hater, tout ça parce que je suis adorable et j’ai plus de câlins que lui. Mais assez à son sujet, parlons plutôt de moi, je préfère. 

IMG_20170725_180518_210

Dans la vie, je suis une fonceuse. Oui, je fonce à peu près dans tout ce qui se met sur ma route. Peu ou proute. La tête baissée. Ce qui n’est pas difficile, parce que je suis toute petite. Mon humaine dit que les essences fortes se tiennent dans des petites boîtes, je vous laisse donc tirer les conclusions.

Ce que j’aime, par dessus tout, c’est la sousoupe et les grattouilles. Si possible, les deux en même temps, lorsque je flâne dans le canapé. Ça c’est le rêve. Ou plutôt le projet, car je suis une fille déterminée.

Whiskey, lui, veut des baballes et courir comme un con, attaché à l’humaine par un fil. Ridicule. En plus, il n’arrête pas de dire que c’est super-méga-génial (un excité de la vie, celui-là, je te jure !). Je n’y vois pas d’intérêt, mais comme il se la pétait trop avec son canicross, je lui ai bien mis le nez dans les crottes lors de la Wamiz Run.

Donc on pourrait dire que je suis presque sportive. Si j’ai envie. Eh bien, pendant les vacances, l’humaine n’a pas trop tenu compte de mes envies et m’a jeté à l’eau. C’est une manière de dire. En réalité, elle m’a foutu sur une planche de surf, ce qui est à peu près la même chose.

1501060329316

 

Tout ça à cause de Jypsie ! Si je savais que cette petite coquine allait causer ma perte, j’allais arrêter de la suivre sur Instagram, je vous le dis. Mais bon, je l’aime bien, malgré ça. Elle fait des sports de glisse avec son humain et voilà que la mienne s’est dit que je pourrais faire de même.

Soit disant, parce que mon centre de gravité est bas et que je suis une fonceuse, comme je vous disais, je n’ai pas de difficulté à garder mon équilibre. Soit, mais pour ne pas me mouiller dans l’eau, je fais comment ?

jypsie

Voici 5 choses dont on a besoin pour faire du surf, quand on est un petit chien trapu (et dense) comme moi 😀 

1. Savoir nager 
Oui, bon c’est un peu la condition sine qua non, pour nous, comme pour les humains. Pour ma part, j’ai mis un certain temps avant d’apprécier la mer. L’année dernière je me secouais dès qu’une vague me touchait les pattes. Trop mouillé, tout ça !

Mais j’ai vu que Whiskey avait l’air d’y passer un bon moment. Je me suis dit, au début, que c’est surement parce qu’il est écervelé et qu’il ne se rend pas compte du danger. Ça me faisait quand même chier qu’il s’amuse avec les humains dans les vagues, alors que moi je les attendais comme une potiche sur le bord. Hors de question que je sois la potiche ! Je suis le centre de l’attention de tout le monde, une chienne d’action ! Donc, grâce à cette nouvelle philosophie de vie, je me suis lancée. Bon, grâce à ça, mais aussi pour piquer le frisbee de Whiskey : j’adore le victimiser !

C’est plutôt cool, la mer, finalement. En plus de savoir nager, j’ai appris qu’il y a des gilets de sauvetage pour les chiens, pour éviter qu’on coule comme des marteaux sans manche. Mon humaine a prévu de m’en prendre un pour l’année prochaine, je serai plus rassurée comme ça !

2. Etre habitué à la planche
Je ne comprenais pas, dans ma naïveté, pourquoi l’humaine n’arrêtait pas de me montrer cette espèce de plastique jaune déposé en plein milieu du jardin. Dès que je m’y approchais, j’avais droit à une friandise et des papouilles. Ah ben, je ne suis pas débile ! Quand j’ai vu ça, j’ai tout de suite compris que j’avais la possibilité de me gaver !

Ni deux ni trois, j’ai commencé à poser mes pattes dessus, puis à monter complètement, à m’y asseoir, bref, j’étais royale. Une fois dans l’eau, quand elle m’a invité à monter dessus à nouveau, j’ai vite compris que ce n’était pas du tout aussi stable qu’à la maison. Arnaque ! Mais bon, c’était drôle, donc j’y suis restée.

3. Connaître les commandes de base 
Assis, pas bouger, viens ici. Le b.a.-ba du chiot. Je connais bien ces mots-là, même si parfois je fais semblant de ne pas comprendre.

Dans l’eau, c’est l’humaine qui me disait quoi faire. Elle adore le surf, elle en fait tous les étés depuis 3 ans et à chaque fois elle a l’air de s’éclater, donc je lui fais confiance. Avec moi, elle n’a pas essayé de monter sur la planche, déjà parce que c’était la première fois et aussi parce que j’avais une petite planche de chiot. D’enfant, bon, c’est la même chose. En tout cas il n’y avait pas assez de place pour nous deux.

1500986615780

4. Un humain protecteur et compréhensif 
J’ai beau râler, mais mon humaine est vraiment cool comme partenaire de surf. Elle était toujours là pour me récupérer quand je tombais de ma planche. Elle faisait même barrage avec son corps pour que la vague qui venait juste derrière ne me renverse pas. Puis elle me remettait gentiment sur la planche et surtout elle m’encourageait toutes les deux minutes. Même quand j’étais nulle 😀

5. Avoir envie de s’amuser avec son humain
Ça ne me manque pas, soyons honnêtes. C’est toujours sympa de jouer avec les humains, ils sont super drôles ! Et partager une activité sportive avec la mienne était un peu aller sur le territoire de Whiskey, donc j’étais ravie de lui voler la vedette !

1500986432831

Et bonus : avoir des abdos en béton !
L’humain te met sur une planche toute fine et instable. Tu serres les fesses, tu serres les abdos, tu serres les yeux aussi.

Mais après, tu comprends que tout est question d’équilibre. Et que tes abdos sont forts, très forts, donc tu peux le faire. Et là, la fichue planche commence à avancer. Elle se fait même embarquer par une vague. La sensation de vitesse est très chouette, j’avais l’impression de voler 🙂 Et grâce à mes abdos, j’ai été la reine de la glisse. Carissa Moore, tiens-toi bien, je viens te piquer ton titre !

1500987556830

Pour tirer une conclusion de tout ça (il paraît que c’est la convention) je dirais que le surf c’est cool. Tu peux te la péter devant tes copines et dire que t’es une surfeurse sulfureuse, faire des shaka à des beaux gosses sur la plage et des blagues sur un certain Brice.

Il faut y aller progressivement, ne pas avoir peur de se mouiller 😀 parce que, disons les choses comme elles sont : on tombe beaucoup à l’eau ! et surtout faire confiance à son humain. La mienne m’a promis que l’année prochaine on testera à nouveau et peut être même qu’on pourra prendre des vagues ensemble ! C’est pour quand l’été ?

Et vous, les copains, avez-vous testé le canisurf ?