Pourquoi j’ai choisi de vous montrer ma fille sur Instagram

Quand il s’agit de montrer ou pas son enfant sur les réseaux sociaux, il y a deux écoles : les parents qui mettent sans hésiter leur progéniture en photo sur leur feed et ceux qui couvrent leur gueule d’emojis 😀 Décidément, pour ma part vous le sentez déjà, il s’agit d’emblée d’un parti pris. Vu qu’on m’a posé la question, je vous explique aujourd’hui pourquoi je vous montre ma fille sur Instagram. Et je vous laisse faire comme vous le sentez pour les vôtres 😉

runwithurdog bébé

Vis ma vie d’instagrammeuse assidue 

J’ai commencé mon compte Instagram il y a quelques années pour partager ma passion pour le sport et pour les animaux avec des gens qui ne roulaient pas les yeux quand je leur parlais de ma dernière séance en côte, de ma VMA ou de l’alimentation idéale pour mon border collie.

Trouver des personnes qui s’intéressent aux même choses que nous, c’est la magie des réseaux sociaux et qu’est-ce que j’adore ça ! Très vite, j’ai trouvé au sein de ma communauté des conseils d’équipement, de parcours, de nutrition, de tout plein de choses. Nous parlons de tout, par ici, des expériences de vie de chacun, qui font grandir les autres. De moins, c’est comme ça que je vois les choses.

Quand je suis tombée enceinte, je me suis dit que j’allais vous soûler avec mes nausées matinales, ma frustration de devoir arrêter la plyo, de voir mes abdos disparaître, mes peurs liées à ce fichu instinct maternel qui me manquait. Et j’ai été surprise de trouver chez vous du soutien, du réconfort, du partage d’expériences similaires. Vous avez été ma force pendant 9 mois, on a parlé de cette grossesse comme j’en ai parlé à ma famille et mes amis proches. Peut être plus encore.

Lorsque ma fille est arrivée, je savais d’emblée que j’allais vous la présenter. Je ne pouvais pas faire autrement. Vous m’aviez suivi et encouragée pendant toute la grossesse, je ne pouvais pas vous dire « bon les gars, merci beaucoup, mais d’ors en avant ça ne vous concerne plus, hein ! ».

Après tout, je partage mes aventures avec vous, pourquoi pas mon joli bout de chou ? Vous montrer mes fesses et mes abdos, mais ne pas vous montrer mon enfant serait un peu faux-cul de ma part, n’est-ce pas ? Avoir une pudeur générale sur sa vie privée, je veux bien, mais il faut qu’on soit cohérents. J’ai choisi à partager le tout avec vous, tout simplement parce que vous me l’avez demandé, parce que ça vous intéresse, que vous avez envie de savoir. Quand je ne vous la montre pas pendant un certain temps, je reçois des messages privés qui réclament des nouvelles.

runwithurdog bébé

Ma fille est super instagrammable 😀 

Oui, les gars, je vous la montre parce qu’elle est belle, tant de cuteness n’est pas faite pour être cachée ! Bon, ok, je ne suis pas objective, je l’ai faite, évidemment que je la trouve jolie. Mais comme je ne suis pas la seule et vous la trouvez jolie aussi, il y a forcément du vrai là-dedans. Ça ne veut pas dire que ceux qui ne montrent pas leurs enfants sur internet le font parce qu’ils sont laids. Quoi que, comme on ne les a pas vus, on ne peut pas être sûrs 😀 Rhoooh ça va, je rigole !

Je respecte le choix de chacun de faire ce que bon lui semble de l’image de ses enfants. En général, je suis pour la liberté de tous, tant que ça ne dérange pas quelqu’un d’autre. Je comprends aussi nous montrer une petite main, un petit peton. Ok, tu ne veux pas l’afficher, mais tu nous fais savoir qu’il est là. Mais ce que j’ai du mal à comprendre c’est le fait de nous montrer le gamin, avec un smiley au milieu de la figure. Censuré. En mode « il est là, mais tu ne sauras pas à quoi il ressemble, parce que je le protège ». Euuuh… quoi ?

Trop de teasing tue le teasing, les amis. Et tant qu’à faire, mieux vaut ne pas le montrer du tout, ton gosse, de mon point de vue. Bon, je sais qu’avec cette remarque je vais vexer certains et même des amies proches qui le font également, mais je vous avoue que la logique de la chose me dépasse. Montres ou ne montre pas, à toi de voir, mais décides-toi quand même, sinon c’est relou. Mon cerveau a besoin de compléter l’image et mettre quelque chose à la place de l’emoji. La plupart du temps j’y colle la tête d’un des parents et ça donne des images assez perturbantes.

2018-08-19 116788054546429146436..jpg

Et son privacy, dans tout ça ? Son droit à l’image ?

N’aie-je pas peur qu’un jour ma fille me reproche cet affichage précoce sur Instagram ? Qu’elle se fasse chambrer au collège parce que sa mère a publié une photo d’elle à 4 mois, un chien à côté ? Non, les amis. Je pense que nos enfants vont grandir dans une société bien plus connectée que la nôtre. Que ma fille aura son premier téléphone,  tablette et compte Instagram (ou qui sait quel réseau sera à la mode d’ici-là) bien avant l’âge que j’avais moi lorsque je me suis lancée sur ces terres. Je surveillerai toujours de près l’usage qu’elle en fera, je m’efforcerai à lui donner les bons conseils et lui expliquer les choses clairement, mais il ne faut pas rêver, je connais des gosses de 9 ans bien plus douées que leurs parents là-dessus. Des vrais natifs. Nos enfants le seront encore plus.

Je pense aussi que les photos d’elle que je publie (vous constaterez que je ne fais pas d’excès là-dessus) sont des photos que je contrôle de mon œil vigilent de mère et communicante. Que je ne la mets pas dans des situations qui pourraient lui nuire par la suite. Et si un jour, un petit con aura le malheur de lui faire une remarque pour une photo publiée en 2018, je vais le trouver et je vais lui casser sa figure d’emoji.

Je ne rentrerai pas ici dans le débat lugubre de la pédo-pornographie, car je pense qu’on n’est jamais à l’abri de ce point de vue et que c’est à moi de contrôler son image avant qu’elle ait son propre avis sur la question. Ceci dit, je ne la mettrai jamais dans des hypostases qui pourraient lui porter préjudice. Vous ne verrez pas ma fille en maillot à la plage, par exemple, ou dans son bain. Mais vous pouvez voir sa bouille insouciante dans les bras de ses parents ou son beau sourire lorsque les chiens la font rigoler.

runwithurdog bébé

Pour conclure, je vous dirais de montrer ou ne pas montrer vos enfants, faites comme vous pensez que c’est mieux pour eux, pour vous, tant que vous ne couvrez pas leur tête de petits cœurs / pommes ou cercles jaunes. Prenez parti et assumez, bordel. Vous êtes les parents du nouveau monde, ne vous en excusez pas.

Publicités

Au secours, je suis moche ! Les secrets des chiens influencers

Cela fait un petit moment que je veux vous parler d’un sujet qui me tient vraiment à cœur et qui prend de plus en plus d’ampleur avec les réseaux sociaux : les chiens influencers. Si vous suivez nos aventures sur Instagram, vous avez probablement une petite idée de ce que c’est qu’un chien influencer. La définition voudrait qu’il s’agisse d’un animal de compagnie qui a de l’influence sur sa communauté et qui, grâce à son lifestyle et énergie motive et inspire les autres dans leurs choix – qu’on parle de philosophie de vie ou d’accessoires de mode, pour vous la faire courte.

Implicitement, il s’agirait aussi d’une communauté assez importante, même si de nos jours ça ne veut rien dire et on voit du tout : des comptes avec une communauté de moins de 500 personnes qui s’auto-proclament infleuncers, mais aussi des comptes avec une énormes communauté, qui n’ont aucune influence, pour des raisons que vous allez comprendre plus loin 😀 Je vais parler beaucoup au féminin (de blogueuses et influenceuses plutôt de bloggers et influencers, tout simplement parce que les cas précis que je connais sont plutôt de ce sexe-là. Mais les messieurs sont tout aussi concernés, of course).

14978457550052689127143351902207.jpg

Pour la petite histoire

Le phénomène des insta-chiens a commencé il y a environ 4 ans, de l’autre coté de l’océan, mais pas aux US comme vous pourriez le croire, mais au Brésil. Ça prend de plus en plus d’ampleur en France également ces dernières années et vous avez constaté, j’en suis sûre, que de plus en plus de comptes de chiens et autres animaux de compagnie se veulent plus qu’une simple galerie photo de la vie du dit animal.

Nous allons décrypter ici le concept d’insta-chien comme je le comprends, c’est évidemment mon point de vue sur la question et vous n’êtes pas obligés de le partager. Mais, comme d’habitude, je vais vous parler sans rideau de plusieurs sujets interconnectés dans ce domaine : influence, argent et abandon. Si ça vous intéresse, c’est par ici 🙂

Le placement de produit, le nerf de la guerre

La grosse différence entre un compte de chien influencer et un compte de chien lambda est que le premier reçoit de l’attention de la part des marques. Des produits à tester gratuitement, des invitations à des événements et parfois même des projets payés. Et là où il y a de l’argent, il y a de l’animosité, c’est bien connu.

On accuse parfois les influencers d’être des « achetés » et de ne pas être honnêtes avec leur communauté parce qu’ils ont reçu un produit gratuitement, donc ils vont forcément en dire du bien. Ça dépend des valeurs de chacun, mais je ne pense pas que ce soit fondamentalement vrai. La plupart des influencers que je connais choisissent attentivement les produits qu’ils vont présenter et ils présentent les points positifs, ainsi que négatifs. Sinon ça n’a pas beaucoup d’intérêt.

Dans tous les cas, un partenariat suppose une association de l’image de l’influencer avec l’image d’une marque. Je voudrais attirer votre attention sur un comportement dont j’entends parler de plus en plus : le choix du chien par rapport à des arguments esthétiques et non pour des raisons de compatibilité de personnalité. Pour faire joli sur la photo plus que parce qu’on s’est bien renseigné et qu’on se dit que cette race est faite pour nous. Pour l’effet « nounours » qui va passer une fois le chien devenu ado ou adulte.

J’ai lu cet été un article qui m’a hérissé les poils qui expliquait que de plus en plus de chiens se font abandonner parce qu’ils ne « percent » pas sur les réseaux sociaux. En gros, il y a des gens qui adoptent un chien parce qu’ils y voient le potentiel d’en faire une star ou une source de revenus. Et quand (comme par hazard !) ça ne marche pas, ils s’en débarrassent comme d’une vieille chaussette trouée.

Avant de vouloir faire comme eux, sachez que je peux vous dire sans l’ombre d’un doute que la plupart des influencers n’ont pas eu comme projet de devenir influencer. Toutes les jolies filles blondes qui vont à Hollywood ne deviennent, hélas ! pas des Marylin Monroe. Dans le cas des plus grands dog influencers français que je côtoie, comme MJ the Beagle ou Malcolm the Akita (qui a d’ailleurs donné son avis sur la question des chiens influencers dans une vidéo avec Akita the Real Life), la célébrité leur est un peu tombée dessus. Ils ont fait le buzz grâce à une photo ou vidéo republié par un grand compte ou partagée à la télé.

Évidemment qu’après ça, si on a un minimum de compétences de communication et surtout l’envie d’aller plus loin, ce serait dommage de ne pas explorer cette opportunité. Il y en a, probablement, aussi, qui préparent leur gloire soigneusement en amont. Personnellement, je ne connais personne qui l’aurait prévu et réussi, mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas possible. Juste que le secret est bien gardé 😀

14978456611371697250939094217160.jpg

Abandonne-toi toi-même

Un chien influencer parle des produits qu’il a aimés (ou pas aimés), des concepts intéressant qu’il a découverts, des activités qu’il a testées, des événements auxquels il participe, de son quotidien, en général et tout ce qui est lié aux centres d’intérêt de ceux qui ont des chiens. Il partage une manière de voir la vie qui lui est propre, il a du charisme, il fait converger des énergies.

Mais comme le chien ne peut pas s’exprimer tout seul, on est bien d’accord, c’est son maître qui parle à sa place, ce qui veut dire, vous vous en doutez, que les comptes des chiens reflètent plutôt la personnalité de leur humain que celle du chien. Je me demande, pour le coup, lequel des deux il serait mieux d’abandonner lorsque le compte Instagram n’attire pas suffisamment de followers ou de marques. Je dis ça, je dis rien.

Les chiens influencers et les chiens des influencers

Parce que oui, personnellement je fais la différence entre ces deux catégories-là pour plusieurs raisons que je vous donnerai par la suite. J’ai constaté que de plus en plus de blogueuses ou influenceuses mode, lifestyle ou sport adoptent des animaux de compagnie.  Super, je dirais en temps normal, sauf qu’il y a un hic. Même si ce n’est, bien-sûr pas le cas de tout le monde, il y en a beaucoup qui le font pour augmenter le capital aww trop mignon ! de leur compte ou le nombre de likes de leurs photos. Il suffit de regarder le delta entre une photo de leur ootd et une photo de la petite bébête.

Eh oui, une jolie bouille poilue collecte souvent beaucoup plus de likes que son propriétaire. Mais faire rentrer un animal dans sa vie pour faire joli sur les photos n’est, bien évidemment, pas une bonne raison d’en adopter un. Pour ne pas parler des cas où le pauvre animal disparaît du jour au lendemain des photos et stories de la dite bloggueuse sans explication ou ad endum. Je connais personnellement l’histoire d’un malheureux chien adopté en pompe à la SPA par une blogueuse et disparu sans laisser de trace, même pas 2 semaines plus tard. J’en suis révoltée.

Attention, je ne dis pas que si on est influencer lifestyle ou mode on n’a pas le droit d’adopter un chien, ce serait bête. Mais, pitié, si vous voulez un joli accessoire poilu pour votre feed Insta, achetez plutôt un nouveau plaid pour votre canapé. On répète après moi : un animal n’est pas un jouet. Capisci ?

J’en vois aussi certaines adopter des chiens pour se mettre à courir avec – vous savez que c’est bien ce que j’encourage tout le monde à faire, donc je devrais en être ravie. Pourquoi ne le suis-je pas ? Eh bien parce que derrière je vois passer des post et des articles avec des conseils complètement aberrants du style voilà ce qu’il faut faire et comment pour le canicross, crois-moi sur parole de modeuse. Savoir accessoiriser une tenue ne donne malheureusement pas plus de compétences en éducation canine. Alors d’abord on se renseigne, on pratique et seulement après on donne des conseils. Est-ce bien clair pour tout le monde ? Sinon on passe pour une quiche prétentieuse.

14978452518142373615600410899869.jpg

Et les marques, dans tout ça ?

Ce n’est pas anodin si de plus en plus de modeuses adoptent à gauche et à droite. Les marques y sont pour quelque chose, car ce sont elles qui donnent le la, un peu comme les magazines de mode donnent les repaires en matière de morphologie féminine idéale.

Pour moi, les marques jouent deux rôles différents dans le choix des influencers : elles peuvent encourager un infleuncer à adopter un animal et elles peuvent décréter de quels animaux sont jolis et lesquels non, à travers les choix qu’elles sont amenées à faire pour leurs partenariats. Dans le premier cas, comme dans le deuxième, les marques donnent une impulsion seulement. Le choix d’adopter ou abandonner ne peut pas leur être infligé, de mon point de vue, les influenceuses et les aspirantes influenceuses restent pleinement responsables de leurs actes. Mais voyons ça de plus près.

Encourager l’adoption
Il y a des marques dans  l’industrie animale qui vont jusqu’à donner un petit coup de pouce aux influenceuses lifestyle qui hésitent à adopter un chiot ou un chaton en y voyant un bon moyen de s’appuyer sur des communautés de 100k, 150k ou plus pour communiquer sur leurs produits. Sans même se demander si dans la dite communauté il y a des gens qui s’intéressent de près ou de loin au monde animal. Je trouve ça dommage, mais ça ne concerne que moi. Ce n’est pas parce que j’aime le style vestimentaire de quelqu’un que je vais acheter le même panier qu’elle pour mon chat. Je n’ai, d’ailleurs, pas de chat 😀

Décréter de la beauté d’un animal
J’ai personnellement été contactée par des marques qui souhaitaient collaborer avec moi à condition que leur image soit associé avec le « beau chien ». Sachant que j’en ai deux, je me suis demandé la première fois que j’ai entendu ce discours lequel était le moche. Et j’ai vite compris que c’était Loulou :)) Ma pauvre, ma douce, ma petite Loulou d’amour. Les goûts et les couleurs, n’est-ce pas ? Oui et non. Si je peux comprendre que certaines marques évitent de s’associer avec des chiens de ces races « à problème » que sont les bouledogues pour des raisons purement liées au business, je ne peux pas comprendre qu’on manque de tact à ce point par ailleurs. Le chien moche vous en dit des choses.

La conclusion que je voudrais tirer de tout ça est de ne pas vous laisser influencer par qui que ce soit dans le choix d’un animal. Ni par les marques, ni par vos abonnés, ni même par vos amis, voisins, famille. Choisir un compagnon est tellement personnel, que ça ne doit refléter que votre jugement dument réfléchi.  N’adoptez pas un chien parce qu’il est assorti au mobilier. Adoptez si vous êtes sûr qu’il est pour vous et que vous êtes prêts à lui accorder les 10-15 prochaines années de votre vie. Sinon, passez votre chemin, vous serez plus heureux tous les deux.

 

Comment surveiller son chien laissé seul à la maison ?

*Un article soutenu par Furbo

Que font mes chiens lorsque je ne suis pas là ?

Laisser un chien seul à la maison et partir au travail pendant de longues heures est une angoisse permanente pour nous, les maîtres. Surtout en appartement. Moi, j’ai deux chiens, on pourrait se dire qu’ils vont moins s’ennuyer, car ils sont ensemble. Oui, mais aussi faire plus de bêtises, parce qu’à deux on s’entraîne plus facilement.

Souvent on se demande : qu’est-ce qu’ils font en ce moment ? Est-ce qu’ils ont encore attaque les livres sur le dernier rangement de la bibliothèque ? Est-ce qu’ils aboient en notre absence ? Est-ce pour ça que la voisine du 3ème me regarde de travers ou est-ce du strabisme ? 😀 Est-ce qu’ils dorment sur le canapé alors qu’ils n’ont pas le droit ?

 

Big maître is watching you 😀

Eh bien, je peux désormais répondre à toutes ces questions partout, à l’aide d’une caméra vidéo et une appli mobile ! Furbo est un gadget très intéressant pour ceux qui, comme moi, aimerait bien savoir ce que leurs chiens fabriquent lorsque les maîtres ne sont pas à la maison. J’ai beaucoup aimé le slogan Always be together, ça m’a fait penser aux séances de WhatsApp vidéo avec mes parents pour qu’ils « parlent » avec ma fille de 4 mois et demi. C’est un peu pareil, sauf que les chiens ne me voient pas.

Mais, n’empêche que c’est génial, quand on y pense : on peut voir son chien, lui parler et même lui lancer des friandises, alors qu’on n’est pas chez soi. Après avoir testé plusieurs angles dans l’appartement, j’ai installé mon Furbo en face du piano, ça me permet de voir tout le salon de cette manière et c’est bien là qu’ils passent la plupart de leur temps eux aussi. La caméra a un très grand angle, de 165 degrés, c’est assez facile de voir une grande partie de son espace avec.

En plus, la qualité de l’image est top, je m’attendais à une vidéo en mode « caméra de surveillance » avec une image floue et pixelisée. J’ai été surprise de constater qu’elle est même équipe$é d’un mode vision nocturne. Plutôt bien vu, car je ne sais pas vous, mais je ne laisse pas les lumières allumées chez moi lorsque je n’y suis pas.

runwithurdog furbo

Je peux parler à Loulou et Whiskey via l’application et au micro intégré à la caméra et c’est marrant de voir leurs têtes quand ils entendent ma voix, mais ne me voient pas 😀 Je me sens un peu comme le Big Brother de Orwell, mais je leur envoie des friandises, moi !

C’était d’ailleurs assez marrant de voir leur réaction la première fois que la caméra leur a fait cadeau de croquettes ! J’ai fait un premier test en posant le Furbo sur la table basse. Dès que les friandises ont été lancées, Loulou est entrée en mode aspirateur. Pendant ce temps-là, Whiskey s’est approché sceptique et a commencé a renifler le machin qui ventait de lui faire cette jolie surprise. Il a vite compris qu’il y en avaient d’autres dedans et il a commencé à essayer de le faire tomber pour accéder à son trésor à sa guise. Oui, il n’est pas con ! C’est pour ça que je vous conseille de poser votre caméra en hauteur, quelque part où les chiens ne peuvent pas la toucher.

2018-08-25 01-14727504058476307057..jpg

Ce que j’apprécie particulièrement avec cette caméra c’est le dispositif assez light qu’elle implique : il y a le gadget en lui-même qui est d’ailleurs moderne et joli et s’intègre facilement dans la déco, une appli mobile et la Wifi. L’appli est intuitive est simple à utiliser.

En ce moment, je m’amuse à faire descendre les chiens du canapé, car ils n’ont pas le droit de monter sauf invitation, mais, bien, évidemment ils le font lorsqu’on n’est pas à la maison. Pour l’instant, ça marche plutôt bien, mais c’est pas dit que Whiskey ne capte pas que je ne peux rien y faire à distance et qu’il continue de roupiller en m’ignorant 🙂 Je vous mettrai sur Instagram des vidéos assez marrantes filmées avec Furbo, lorsque j’ai regardé les chiens 🙂

Une fonctionnalité que j’aime beaucoup est la notification aboiement. Chaque fois qu’ils aboient je reçois un message qui me l’indique. Certes, je ne peux rien y faire, sur le champs, car ils aboient souvent dans le couloir, hors de ma vue, quand les coursiers passent par exemple. Mais au moins je peux savoir s’ils le font souvent, dans quelles circonstances et je peux anticiper certaines situations.

Dans tous les cas, je suis très heureuse avec ma petite caméra chérie, ça me rassure de me dire que je peux les voir et leur parler et au moins comprendre les causes de leurs petites bêtises quotidiennes.

Avez-vous envie d’en avoir une ? Quelles sont vos astuces pour garder un oeil vigilant sur ce qui se passe en votre absence ? Partagez vos expériences !

Andreea

 

Pourquoi faire un test ADN à son chien

Aujourd’hui c’est la Journée Internationale du chien. Cela se fête comme il se doit, n’est-ce pas ? De mon côté, le programme du jour sera : balade, friandises et… test ADN 😀 Eh oui, saviez-vous qu’en France, un foyer sur quatre possède un chien et que 30% de ceux-là ne sont pas des chiens de race. Les Français sont très melting pot 🙂

Mais lorsqu’on adopte un chien qui a dans son ADN plusieurs races, on ne connaît pas tout son passif. On ne peut pas anticiper certains comportements spécifiques ou même des problèmes de santé qui concernent ces races en particulier. C’est pour palier à ce besoin que Mars Petcare, le plus grand fournisseur de soins pour animaux de compagnie au monde, lance sur le marché français son test ADN Wisdom Panel.

Le docteur Yves Lahiani, le vétérinaire le plus célèbre de France grâce à sa rubrique dans l’émission C’est au programme sur France 2, dans laquelle Whiskey est passé, souvenez-vous, explique pourquoi c’est intéressant de faire ce test à votre chien.

J’ai fait le test à Whiskey par curiosité, car nous l’avons pris chez des particuliers, comme je vous le disais et il ne vient pas d’une lignée de travail, comme c’est souvent le cas des border collies. Je me demande si d’autres races ont contribué à son capital génétique, ce qui pourrait peut-être expliquer certains comportements et éviter des problèmes de santé.

Le capital génétique peut expliquer certains comportements de votre chien. Nous avons adopté Whiskey parce que mon chéri avait eu un border collie en étant enfant. Seulement, son border était fuguer, ce qui est plutôt étrange pour un berger, ils sont généralement très attachés à leur maître et adorent rester très près de lui.

L’explication dans ce cas précis est génétique : son border n’était pas un pure race, mais avait un grand-père husky. Un quart de son patrimoine ADN venait de cette race primitive, très connue pour son instinct de prédation et ses fugues. Eh bien, 1/4 était suffisant pour que Yangtze se sauve régulièrement pendant quelques jours. Ses 3/4 de border le ramenaient au bercail à chaque fois. Mais sans connaître cet aspect de sa personnalité, la famille de mon chéri n’aurait jamais compris le comportement étrange de ce chien.

En ce moment-même vous avez un concours sur mon compte Instagram pour tenter de gagner un test ADN Wisdom Panel pour votre chien. Pour doubler vos chances de l’emporter, dites-moi dans les commentaires pourquoi vous souhaitez faire ce test 🙂

Andreea

Nous avons essayé le cani-kayak

Je vous en parlais sur Instagram et sur le blog des sports nautiques que nous avons essayés cet été. Après le paddle, le canoë et le surf, nous avons testé le kayak avec Whiskey. Des fois je me dis que ce chien n’a peur de rien et son courage, sa détermination et sa confiance me touchent au plus haut point.

Le kayak n’est pas facile et ça commence par la galère absolue de le ramener sur la plage depuis l’endroit où on l’a loué. Déjà que des fois les planches de surf ou paddle sont difficile à transporter lorsqu’on est une petite créature de 1.58m comme moi, mais pour le kayak c’est carrément mission impossible. On est obligés de le porter à deux.

Par la suite, faire monter Whiskey là-dedans a été le deuxième challenge, surtout une fois dans l’eau. Il se méfiait de cet engin qui ne restait pas en place à cause des vagues et qui était assez lourd pour me moissonner en deux secondes. Il avait en plus raison, ça a l’air de rien comme ça, mais c’est plutôt violent quand ça se renverse, comme vous pouvez le constater sur la vidéo 😀

2018-07-14 103379219436374107024..jpg

Mais une fois tous les deux dedans, c’est un pur bonheur. On a pu profiter encore une fois d’un moment exceptionnel rien qu’à nous deux. Et même si on a testé plein de sports différents tous les deux depuis bientôt 6 ans, je suis toujours surprise de son abnégation et de cette confiance aveugle qu’il me fait. Il sait que rien de mal ne va lui arriver à mes côtés et me suit dans tous mes délires parce qu’on s’amuse comme des gosses.

C’est génial de pouvoir partager ces aventures tous les deux et je suis tellement reconnaissante de vivre  tellement de choses incroyables avec mon buddy.

2018-07-18 113142895247165308866..jpg

Si vous voulez tester le kayak, ne faites pas comme moi et surveillez vos arrières. Car les vagues n’étant pas très grandes, je ne pensais pas qu’on risquait grand chose et pourtant on s’est pris des sacrés gamelles près du bord. Aussi, faites attention aux bords qui peuvent être assez coupants. Mes doits saignants s’en souviendront pendant un petit moment.

Mais malgré ça, c’est une super expérience pour Whiskey et moi et on réessayera avec grand plaisir aux prochaines occasions. Avec les conclusions que nous avons tirées cette fois-ci, on devrait mieux s’en sortir.

2018-07-14 061782784777133568522..jpg

2018-07-18 102730430801400662545..jpg

2018-07-14 043730175040204233626..jpg

Et vous ? Avez-vous déjà testé le kayak ? Qu’en avez-vous pensé ? Partagez avec nous vos spots préférés pour les sports nautiques, cela nous donnera des idées pour les prochaines étapes.

Andreea

Nous avons essayé le cani-paddle

L’été est le moment idéal pour tester de nouvelles activités et nous, on adore ça ! Après le cani-canoë avec Loulou que vous pouvez découvrir par ici, on vous propose de nous accompagner dans la découverte du cani-paddle. On vous a même fait une vidéo explicative, étape par étape pour que vous essayiez aussi.

Whiskey a adoré ces balades en mer, à flotter librement et sans effort, parce que oui, le cani-paddle reste un sport d’équipe dans l’esprit, mais pas dans le fait. Il a bien profité de la fraîcheur et a admiré le paysage. Il est un très bon nageur, mais il préfère passer du temps avec moi sur le board, on se raconte des histoires de corsaires en coursant les autres paddles et on s’imagine chasser des trésors sur des plages sauvages. Sinon oui, on va bien 😀

runwithurdog paddle stand up sup border collie

Plusieurs de nos copains ont testé le paddle cet été. Et vous ? C’est vraiment une activité agréable, il suffit d’avoir un peu d’équilibre et envie de partager un moment sympa. Ce sport aide beaucoup à l’amélioration de la proprioception, vos muscles stabilisateurs et vos abdos n’ont jamais plus travaillé que lorsque votre chien change de position sur la planche !

Pour ne pas dire que trimballer cette énorme chose d’un bout à l’autre de la plage n’est pas aussi simple que ça a l’air, surtout quand il y a du vent 🙂

runwithurdog paddle stand up sup border collie

Nous avons beaucoup aimé ce sport et nous en faisons maintenant quasi tous les jours. On profite à fond des vacances, mais, bonne nouvelle, bientôt on pourra continuer à s’amuser  et travailler notre équilibre même en région parisienne, car une surprise vous attend à la rentrée. Je ne vous en dis pas plus pour l’instant.

runwithurdog paddle stand up sup border collie

runwithurdog paddle stand up sup border collie

On vous laisse, on a une vague à aller rider et d’autres sports à essayer 🙂

A très vite !
Andreea & Whiskey

 

Nous avons essayé le cani-canoë

A la fin du mois de juin, Loulou et moi, nous avons été invitées par Croquetteland et Emmène ton chien pour découvrir le cani-canoë près de Montpellier, à Saint Guilhem le Désert. Un weekend plein d’aventures, dont nous avons profité avec les copains influenceurs.

 

Sachez que pour essayer ce sport nautique avec votre chien, la sécurité est très importante. Il faudra, avant tout, penser à vous procurer un gillet de sauvetage qui l’aidera à flotter si jamais il tombe dans l’eau. Ca a été le cas de Loulou à plusieurs reprises, parce qu’elle ne tenait pas en place. Notre gillet a une poignée sur le dessus qui rend les choses beaucoup plus simples : je n’ai qu’à l’attraper pour la tirer hors de l’eau en une seconde.

Nous nous sommes bien amusées lors de ce temps passé que nous deux. C’est d’ailleurs la première fois que nous partons qu’entre filles et qu’on laisse Whiskey et mon chéri à la maison avec Mia. A refaire 🙂

Je vous laisse découvrir cette activité et nous poser toutes vos questions sur sa pratique si vous en avez. Nous avons testé d’autres sports nautiques cet été, on vous en parle très vite. Et vous, avez-vous testé de nouveautés dernièrement ?

Andreea

Restez motivés à courir avec le challenge #Road2IFA

Je ne sais pas vous, mais, quand il s’agit de sport, je fonctionne mieux lorsque je me donne des challenges. Je vous ai posé la question sur Instagram et il paraît que vous aussi! Ça tombe bien, il y en a un, super chouette, qui démarre aujourd’hui sur mon compte.

Je vous explique comment ça marche. Le 31 août commence à Berlin le plus grand salon international de l’électroménager, IFA. La marque Ecovacs y participe. Ils construisent des aspirateurs robots qui font le boulot à notre place, qui s’appellent DEEBOT. Eh bien pour le challenge #Road2IFA il faudra courir pour faire avancer le DEEBOT de Dusseldorf, ville dans laquelle il est construit, jusqu’à Berlin le plus vite possible et le plus de fois possibles.

Comment faire avancer le DEEBOT ? Il suffit de courir et partager dans vos posts Instagram ou Facebook le nombre de kilomètres parcourus avec les #road2IFA et #teamDEEBOTFrance. Les kilomètres que vous courez seront ajoutés au total de notre équipe, car nous allons tous ensemble représenter la France. Trois autres pays seront en compétition avec nous : l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne. Autant vous dire que j’ai envie qu’on les dépasse tous ! 😂

Je précise qu’il y a 529km entre Dusseldorf et Berlin. Une carte avec le parcours et le nombre de kilomètres parcourus est disponible par ici. On peut voir quasiment en temps réel jusqu’où notre DEEBOT a avancé grâce aux kilomètres que nous avons couru ensemble.

Pour vous motiver un maximum, sachez que chaque pays aura un DEEBOT à gagner. Un tirage au sort aura lieu parmi les participants au challenge et un d’entre vous ne fera plus jamais le ménage 😁. Si le 5 septembre, date de fin du challenge #Road2IFA notre #teamDEEBOTFrance aura parcouru plus de kilomètres que les 3 autres pays, nous gagnons un DEEBOT supplémentaire.

Sachez aussi que 3 sports sont éligibles pour ce challenge : le running (évidemment le canicross rentre dans cette catégorie 😉) la natation et le cyclisme. Donc à vos chaussures de running, enfourchez votre vélo ou enfilez votre maillot de bain et on va tout exploser ! Partagez vos screenshots des applications mobiles, les écrans de vos montres de sport ou vos photos de running pour que la France gagne !

Aux armes, citoyens !

J’ai testé le collier YOOS contre les douleurs articulaires des chiens

Avec Whiskey et Loulou j’ai couvert la panoplie des archétypes de chien en long, en large et en travers. D‘un côté le chien hyperactif, sportif, intelligent, de l’autre le chien de canapé, attachant mais… cancre. Pourtant, ils ont récemment quelque chose en commun: des petits soucis articulaires.

2018-06-07 061919881179571664339..jpg

Pour Loulou, c’est la génétique qui est un peu défectueuse, il faut dire que les bouledogues ne sont pas bien lotis en terme de santé, la plupart du temps. A cela, s’ajoute son coude cassé lorsqu’elle avait 4 mois, par les soins d’un super voisin qui n’a pas beaucoup apprécié qu’elle passe dans son jardin. Bof-bof et des séquelles à vie, merci le voisinage.

Pour Whiskey, un drôle d’accident l’a un peu secoué il y a un an et demi. Nous étions en vacances en Normandie à Noël et nous avons décidé de faire une balade sur la plage, pour le plus grand bonheur des chiens. Après une bonne heure à courir et sautiller comme des petits fous, on a décidé de rentrer. En bord de cette jolie plage de galets il y avait un trottoir bordé de petits murets d’une cinquantaine de centimètres d’un côté et de l’autre.

Je marchais tranquillement sur le trottoir en question avec Loulou, pendant que Whiskey gambadait encore sur la plage, à pister des odeurs et renifler le moindre recoin. A un moment donné, il décide de nous rejoindre sur le trottoir et saute sans aucune difficulté le premier muret. Il fait quelque pas devant nous et saute insouciant le deuxième. Et là, panique : après le deuxième muret il n’y avait pas la plage, comme pour le premier, mais un gouffre de 3 mètres et demi et en dessous la nationale…

runwthurdog whiskey collier YOOS laboratoires CEVA

Pendant de longues secondes, je suis restée sans voix, clouée sur place. Je l’imaginais déjà étalé sur le béton, blessé, effrayé. Quand j’ai eu enfin le courage de courir dans sa direction et regarder par dessus le muret, je l’ai vu debout, un peu perplexe, mais sans aucun signe d’avoir mal. On l’a amené en urgences chez le vétérinaire et le verdict a été très positif : il avait eu de la chance, tout allait bien, sauf une petite égratignure sous le menton, un rien.

Seulement, depuis quelques semaines, il donne des signes de douleurs articulaires, surtout à froid. Je pense que les conséquences ont mis du temps à le rattraper, mais ont fini par le faire. Le matin, ou lorsqu’il se réveille après une sieste, on dirait qu’il est un peu rouillé. Il ne marche pas vite, il est un peu raid et il bouge bizarrement. Ce qui m’a le plus surprise, c’est qu’il a arrêté de sauter d’un coup les 4 marches qui le ramènent du fond du jardin et il les descend désormais l’une après l’autre. C’est tellement pas lui !

runwithurdog whiskey loulou collier yoos douleurs articulaires

Comme cela fait un petit moment que nous n’avons pas couru ensemble, suite à mon accouchement, je ne l’ai pas vu en pleine action avant la Woof Run, le canicross à obstacles qu’il a fait début juin. Et là, j’ai trouvé qu’il y avait un souci. J’en ai tout de suite parlé à son ostéopathe qui l’a vu juste après la course et elle m’a confirmé qu’il avait mal à une épaule. Une bonne séance de massage plus tard, il allait déjà mieux, mais j’ai commencé à réfléchir à des solutions un peu plus long-terme.

C’est comme ça que j’ai trouvé l’idée du collier YOOS très alléchante. Il s’agit d’un collier collier créé par le laboratoire CEVA, qui contient des huiles essentielles aux vertus apaisantes, qui se diffusent pendant 4 semaines dans le corps du chien. J’ai bien aimé l’idée de ce dispositif, les principes actifs naturels et la facilité d’utilisation. Il suffit de poser le collier, qui s’attache simplement et tient bien en place malgré les grattements excessifs de Loulou.

En plus, j’ai constaté une nette amélioration de la manière de se mouvoir de Whiskey au bout de quelques jours. Je ne pensais pas que ça pourrait agir aussi vite, donc je me suis renseignée un peu plus et visiblement, ce n’est pas le seul chien sur lequel les effets des huiles essentiels se sont fait sentir très rapidement.

Pour fêter les 2 mois de ma petite Mia, nous sommes allés en famille à Saint Malo une semaine après le canicross et j’ai été heureuse de voir Whiskey courir sans douleurs sur la plage, sauter joyeusement avec moi et nager. J’attends de voir le résultat au bout des 30 jours d’utilisations, mais ça promet.

Avez-vous déjà testé ce genre de collier ? Quel autre type de solution pour les douleurs articulaires des chiens utilisez-vous ?

Andreea

Un weekend en famille à Saint Malo

Pour fêter les 2 mois de Mia, nous sommes partis en vadrouille, pour la première fois en famille et en train 🙂 Accompagnés par le fidèle body guard de la petite grenouille, mon beau Whiskey, nous avons pris la direction de la Gare Montparnasse samedi matin, en voiture.  C’était la première fois que Whiskey prenait le train et ça c’est très bien passé. Je n’en avais aucun doute, car il a déjà pris plein de fois les transports en commun et, mine de rien, ça ressemble pas mal.

D’ailleurs je vous conseille de commencer à habituer votre chien très tôt aux transports en commun si vous vivez en ville et si vous avez envie qu’il vous suive partout sans problème. J’ai commencé à faire des petits trajets en métro avec lui dès qu’il a eu ses vaccins, ça nous a beaucoup aidé par la suite.

Dans le train, comme dans les transports en commun, les chiens qui ne sont pas assez petits pour tenir dans un sac doivent porter une muselière. J’ai pris une Baskerville, parce que cette marque est la plus appropriée, de mon point de vue. Le chien peut bien respirer, boire et même manger avec. Pareil que pour les transports, il faut habituer votre chien au port de la muselière au fur et à mesure.

Notre trajet s’est très bien passé, malgré un train bien rempli – faut croire que tout le monde veut aller en Bretagne. Ce n’est pas pour météo, je vous le garantis. Nous sommes arrivés à Saint Malo sous des trombes d’eau, je me voyais déjà passer un weekend – parapluie. Mais, heureusement, dès que nous sommes montés dans notre chambre, la pluie s’est arrêtée.

Nous avons choisi l’hôtel Le Valmarin, déniché sur Booking.com et choisi surtout pour son côté dog friendly. Vous avez une large panoplie d’hôtels qui acceptent les chiens sur le site et, d’ailleurs, si vous voulez profiter de la réduction de 25 euros sur votre premier voyage avec Booking.com, c’est toujours possible, avec ce lien.

A Saint Malo, même les taxis sont dog friendly, nous en avons pris 3 ou 4 pendant le weekend et ils nous ont tous accepté avec Whiskey. Ca n’arrive pas souvent, surtout à Paris et surtout pour les chiens de la taille du mien. Pour le bébé c’est moins problématique, même si, en fonction de la taille du coffre, la poussette peut ne pas rentrer en même temps que les valises. Il vaut mieux viser les breaks, il y a plus de volume dans leur coffre.

En parlant de voiture, je vous disais que nous sommes allés avec la nôtre à la gare, parce qu’on avait pas mal de bagages. Il faut savoir que lorsqu’on part avec un bébé en bas âge, c’est un peu comme déménager. J’avais amené tout ce dont on avait besoin pour le weekend, sauf le lit, mis à disposition par l’hôtel. Pensez à préciser que vous venez avec un nourrisson, la plupart des hôtels sont équipés.

Donc avec notre énorme valise, un sac à dos, un sac à langer, poussette, chien et bébé, on s’est dit qu’aller en voiture jusqu’à la gare, ce serait l’idéal. Nous avons profité des services de voiturier Ector. Je ne sais pas si vous connaissez le principe, mais c’est plutôt chouette : un voiturier nous a attendu au dépose-minute, a récupéré la voiture et l’a amenée au parking. Puis, à notre retour, la voiture nous attendait devant la gare, un super confort, tellement appréciable dans notre situation. Tout ça via une appli mobile.

Si vous voulez tester ce service, vous avez à disposition ce code cadeau : nu1G35y170518 qui vous apportera une réduction de 10 euros sur le montant à payer.

Le weekend a été génial, on a pu profiter d’un temps pas trop mal, finalement, de la plage, des crêpes et des fruits de mer. Mia a découvert l’odeur salée de la mer, le bruit des mouettes et les joies d’un confort exemplaire dans notre joli hôtel.

Petite anecdote, dimanche matin, en allant au petit déjeuner, elle dormait encore. On n’avait pas envie de la réveiller exprès, donc on s’est dit que ce serait sympa de pouvoir aller manger tranquillement tous les deux, pendant qu’elle continuait son dodo. Sauf qu’on n’a pas de baby phone (notre appartement est petit, on n’a pas de mal à l’entendre où qu’on soit et mon chéri s’en amuse d’ailleurs pas mal).

Mais comment laisser un bébé seul sans savoir ce qu’il fait ? On a pensé à télécharger une appli baby phone, il y en a pas mal, mais il faut une connexion bluetooth pour que ça fonctionne et la salle à manger était trop loin de notre chambre pour que ça passe., sur un autre étage, en plus. Pour manger en toute tranquillité, on a fini par laisser un téléphone dans la chambre, près de son lit et on l’a appelé avec l’autre, qu’on a amené avec nous. Comme çSystème D, mais ça a fonctionné 🙂 Si vous avez d’autres astuces, je prends 🙂

En tout cas, ce genre de petit weekend est à refaire, je sais que je peux trouver des super hôtels qui acceptent les poilus sur Booking.com et j’ai plein de destinations en tête !

Et vous, quels sont les destinations dog friendly que vous avez déjà testé ?

Andreea