Compte rendu de la Woof Run 2019

Cette année encore, Whiskey et moi-même, nous avons été ambassadeurs de la Woof Run, la course à obstacles avec son chien à ne pas rater. Pour ceux qui ont été sur place, je vous propose de revivre une magnifique journée entourés de chiens et de gens sympa. Pour les autres, voici comment s’est déroulée cette deuxième édition de cette course mythique.

woof run 2019 runwithurdog
Photo credits : Humanimals Photographe

La Woof Run a lieu sur le domaine de Bertichères, plus connu en tant que destination appréciée des golfeurs ou endroit de déroulement de la fameuse Royal Jump que en tant que destination canicross et pourtant, le temps d’une journée, il devient le fief du sport canin. Le domaine appartient au château de Bertichères, construit au 15e siècle pour le frère du Roi Louis XIV, plein d’histoire et de charme en même temps.

Le 30 mai, jour férié tant attendu par les passionnés de sports canin, le village de la Woof Run ouvre grand ses portes très tôt le matin. Whiskey et moi, nous sommes partis en voiture de Paris avec nos amis de Jubiles, les super jus bio que vous avez certainement dégustés à la fin de la course. Le chemin a été plus long que prévu à cause du trafic et quelques périples en route, on arrive dans le village un peu plus tard que prévu, vers 8h50. Les amis de Jubiles prennent en main leur espace et Whiskey et moi, on tombe tout de suite sur le stand des amis de SOS pets et Humanimal avec lesquels on papote un peu. J’enfile mon baudrier et mets le harnais de Whiskey et on part découvrir les autres partenaires et participants.

Le village est très sympa cette année, plein de concepts intéressants et des stands joliment décorés, des gens qui ont le sourire un peu partout et des amis à tous les pas. Le parcours a été modifié par rapport à la précédente édition, ça donne envie de se lancer de suite sur les sentiers qui sentent la rosée du matin. Mais il faut attendre un peu.

woof run 2019 runwithurdog
Photo credits : Humanimals Photographe

J’ai croisé plein de gens avec lesquels on papote sur les réseaux sociaux, mais avec lesquels je n’avais pas encore eu l’occasion d’échanger en vrai. C’est toujours génial de faire connaissance alors qu’on se connaît déjà quelque part, à travers les écrans. C’est la magie d’Instagram. J’ai vu du coin de l’œil le départ en trombe de la course chronométrée, j’adore l’excitation des chiens avant la course, les aboiements impatients, la détermination dans les yeux des humains. Ce sport est incroyable pour le lien qu’il crée entre nos chiens et nous, je n’arrête pas de m’étonner à chaque fois de sa beauté.

Avec Whiskey, on croise aussi les copains influenceurs. Il faut dire que j’ai invité personnellement à la course beaucoup d’entre eux, les canicrosseurs et les chiens sportifs sont ma tasse de thé quotidienne. On parle un peu, on rigole beaucoup. Je garde Whiskey à une distance convenable des autres poilus, car il n’est pas du genre à agréer les politesses des congénères. Mais ça se passe très bien, même lors du retrait des dossards. D’ailleurs, j’ai trouvé l’organisation au top sur cette partie. Les différents zones de retrait étaient séparées par des barrière et les chiens ne se voyaient pas, donc le top pour ma bête réactive 😀

Photo credits : Lola Ledoux

Une fois le dossard arboré fièrement, je vais faire quelques tests techniques avec l’équipe des organisateurs pour l’échauffement que je vais faire. Je vois des drones passer au dessus de nos têtes et je me dis que les images doivent être magnifiques de là-haut. Je teste mon micro Madonna et la scène qui est juste top (l’année dernière, pour la première édition, j’étais montée sur une bobine de câble, histoire d’être vue par tout le monde, mais cette année, les organisateurs ont été généreux, j’ai eu un espace au top à disposition. Après quelques essaies, on est bon, Whiskey semble aimer la vue depuis la scène.

On repart faire un tour et coucou à tous nos potes en attendant l’heure de l’échauffement. Ma musique est prête, nous aussi. On recroise des copains, les Basic Runners sont là, Malcolm the Akita aussi, MJ the Beagle et son fils Will, Justinewdm, Emma & Joy, Blog of Bruce et plein d’autres. On fait même la connaissances de certains qui sont venus depuis l’étranger pour participer, c’est une fusion de chiens et humains sur le green que j’adore. Les photographes courent partout et mitraillent dans tous les sens, je croise ma douce et talentueuse Lola Ledoux avec son équipe qui couvrent le terrain comme des petites abeilles travailleuses, j’ai à peine le temps de la saluer et de laisser Whiskey lui dire bonjour qu’elles doit filer à un autre endroit.

Il est temps de monter sur scène et échauffer ce beau monde à coup de squats, step-touch et jumping jacks. En plein milieu de la chanson, Whiskey décide qu’il a envie de descendre (so long, bitches!) et il descend l’escalier en trombe, en m’amenant avec lui. Je lui explique que ce n’est pas encore fini et c’est reparti pour un tour. Une fois échauffés, on file dans le sas pour prendre le départ et je n’ai même pas le temps de démarrer ma montre que c’est parti ! D’ailleurs elle n’a jamais trouve le GPS, tant pis pour le temps.

runwithurdog woof run 2019
Photo crédits : Lola Ledoux

Le départ est musclé, Whiskey est hyper-excité, il aboie et il me presse pour que j’aille plus vite. Une fois les premiers copains dépassés, il se met dans sa bulle et il trace. Vous avez été nombreux à me demander comment je gère un chien réactif en course. En fait, une fois qu’il est dedans, il est dans son monde et il s’en fiche de tout ce qui se passe autour. Il dépasse sans regarder qui est là, il ne calcule aucun chien. D’ailleurs, même en temps normal, il ne va pas chercher la bagarre. Par contre, lorsqu’un autre chien vient vers lui et surtout s’il ignore ses signaux, c’est une autre histoire. Mais lorsqu’on le sait et on en tient rigueur, ça se passe très bien.

On avance dans des petits sentiers, on double des chiens de tout genre et honnêtement ça m’a fait plaisir de voir tout ce mélange de races et tailles différentes, des jolis minois, des humains heureux de partager cette expérience avec leur poilu. Premier passage dans l’eau, je glisse et je me retrouve sur mes fesses devant un Whiskey incrédule. Il en profite pour s’hydrater, sans trop comprendre ce que je fous par terre. On grimpe joyeusement sur une petite butte et on descends en sautant par dessus un tronc d’arbre, obstacle rigolo surtout à observer pour les petits chiens, qui attendaient sagement qu’on les porte par dessus.

woof run 2019 runwithurdog
Photo credits MRN Photographie

Un autre passage dans l’eau, encore une pause hydratation pour Whiskey, qui était, visiblement, dans un jour de grande soif. On rampe sous un obstacle qui me fait penser aux barbelés des Spartan Race, mais sans les barbelés, of course. Whiskey s’étonne de me voir sur le ventre, il en profite pour me faire une léchouille. Le chemin passe dans la forêt, une zone de boue me fait presque perdre une basket. Jouer aux Cendrillon là-dedans aurait été compliqué pour le retour.

Je croise partout des gens qui rigolent, qui filment, qui reconnaissent Whiskey et on papote un peu à droite à gauche. Pour certains, c’est la première course, je suis ravie de l’apprendre et un peu fière quand ils nous disent que nous les avons motivés à se lancer. Encore un passage dans la rivière – si j’ai bien compté il y en a 5 des obstacles mouillés – et après des ballots de paille à escalader à deux. J’aurais préféré une première et dernière marche plus large, parce que ma bête sauvage a décidé qu’il allait griller une étape et se lancer à fond dans la descente en m’entrainant avec lui. Barres de rire dans le public. Tu m’étonnes !

Sur le parcours, Whiskey s’éclate. Il est dans son monde, en traction et concentration, me jette des regards de temps en temps pour voir si je vais bien et si je le suis encore. Un passage dans une colline de sable, vers la fin du parcours, nous casse les pattes. Il s’arrête encore pour boire en haut de la pente. On a croisé les photographes et tapé la pose à plusieurs reprises. Encore un passage dans l’eau pour finir et le tour est joué. On passe la ligne d’arrivée tout sourire et on récupère notre jolie médaille. Elle est pour lui, celle-là, mon champion.

Je prends mon jus de fruits Jubiles parce que l’eau de la rivière me donnait déjà trop envie sur le parcours et mon poilu commence à se rouler dans l’herbe, satisfait de son exploit. On a profité un peu de l’ambiance et des animations sur le village et surtout des copains. La journée a été géniale et le seul bémol a été la météo, qui n’a pas été aussi clémente que l’année précédente. Mais on ne peut pas tout avoir.

Photo credits : Lola Ledoux

Et vous, ça vous a plu ? Et si vous n’étiez pas, ça vous dit de tester l’année prochaine ?

Andreea & Whiskey

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s