Un circuit agility fait maison

Parmi les choses que mon humaine a testées pour essayer de canaliser mon énergie débordante et de me fatiguer, il y a l’agility. Il y a quelques années j’allais une fois par semaine en club pour apprendre à vaincre la gravité et la peur en escaladant des balançoires en équilibre précaire, en rampant en dessous d’obstacles colorés, en sautant au dessus de haies, en affrontant le noir dans des tunnels étroits ou en slalomant entre des jalons. Vos questions sont inutiles, j’étais, évidemment, le roi de l’agility de toute l’Ile de France.

Sans me vanter, car je suis un gars modeste, n’est-ce pas ? je suis vite devenu très bon et, comme mon club était assez petit et les obstacles toujours les mêmes, j’ai vite commencé à m’ennuyer. Surtout que faire une activité de ce genre n’est possible qu’une ou deux fois par semaine maximum lorsqu’on a des humains qui travaillent, comme c’est, d’ailleurs, le cas de la majorité de mes copains.

Pour m’entraîner, l’humaine a commencé à me construire des petits circuits d’agilité faits maison, avec des choses que l’on trouve facilement dans beaucoup de foyers et c’est de ces circuits que je voulais vous parler, justement. Vous avez, vous aussi, la possibilité de tester les capacités de vos chiens ou de leur apprendre de nouveaux tours, car on adore quand on occupe aussi bien notre corps que notre esprit.

Pour vous inspirer, je vous montre un circuit testé et approuvé, imaginé dans notre salon par l’humaine. Voici ce dont vous avez besoin : une table basse, une chaise de piano dans mon cas, mais ça peut être toute autre chaise finalement, en fonction de la taille du chien, l’essentiel est qu’elle soir stable, un cerceau hula hoop, deux chaises supplémentaires pour le fixer, du scotch et des ciseaux.

Avec ces éléments-là, vous avez de quoi improviser 4 obstacles différents qui demandent des capacités physiques et intellectuelles très différentes de la part de votre chien. Cela va bien fatiguer en même temps ses pattes et sa petite tête. Et ça marchera pareil pour vous.

Pour commencer, il va falloir bouger les meubles. Surtout pour vous assurer qu’il y a assez de place pour que votre chien puisse faire tous les mouvements en toute liberté et avoir assez d’espace pour votre circuit.

Repérez bien chaque élément dont vous avez besoin et écartez le reste, vous aurez besoin d’un espace épuré au maximum pour éviter les blessures. Assurez-vous de laisser assez de place entre chaque obstacle, pour que le chien puisse passer de l’un à l’autre sans encombrement.

Une fois que vous avez repéré le bon pouf, le bon rouleau de scotch, la bonne disposition des éléments etc. n’oubliez pas de comparer la taille de votre chien avec les éléments. Ils devraient être bien proportionnels à ses dimensions, pour éviter qu’il se fasse mal avec du matériel qui ne serait pas approprié.

Quand tous ces éléments seront réunis, vous pouvez vous lancer dans l’apprentissage du circuit avec votre chien. Quelques commandes de base sont essentielles : assis, couché, pas bouger. Je vous conseille de lui apprendre celles-ci sans attendre, si ce n’est pas encore fait. Elles vous permettront de profiter de votre parcours d’agility et apprendre encore plus de choses à votre chien, tout en passant un bon moment ensemble.

Sans trop attendre, voici les 4 exemples d’obstacles.

La table basse 

L’objectif est de monter et rester sans bouger sur une surface plane, à une certaine hauteur du sol. En agility ce genre d’obstacle permet de travailler la précision et l’obéissance du chien.

En compétition, le juge considère qu’il y a une faute, donc il applique une pénalité, si le chien reste moins de 5 secondes sur cette surface. Comme on n’est pas en compétition, vous faites comme vous voulez.

Mon humaine me fait monter sur la table basse du salon que ma colocataire Loulou a pris soin de ronger sur un coin et me fait m’assoir, puis me coucher dessus et attendre. Si je m’exécute, j’ai des félicitations et peut-être même une croquette. Plutôt facile.

Le hula hoop

Tout d’abord il va falloir s’équiper d’un cerceau, si vous n’en avez pas déjà un chez vous. L’humaine a choisi cette version démontable, car ça prend moins de place et on peut ajuster la dimension.

Ensuite, il faudra monter le hula hoop, bien évidemment. Ce qui est assez simple si vous prenez le même modèle, il suffit de bien fixer chaque partie bout à bout et appuyer assez fort jusqu’à ça fasse click.

Après il ne vous reste plus qu’à scotcher le cerceau entre 2 chaises et vous assurer qu’il reste bien fixe. Sinon, repassez un coup de scotch par dessus 😀

Ensuite vous pouvez vous amuser avec. N’allez pas imaginer que je suis capable de le faire tourner sur ma taille ! Le but ici est surtout de passer à travers, ce qui, croyez-moi n’est pas vraiment chose facile non plus. En agility, on doit « marquer une zone » c’est à dire franchir l’obstacle en y posant au moins une patte.

L’humaine avait bien utilisé à peu prés un demi-rouleau de scotch parce que le hula-hoop n’arrêtait pas de glisser. Mais une fois le cerceau immobilisé entre les 2 chaises, j’ai été invité à passer à travers. En sautant. Et en souriant, en plus, pour les photos. Heureusement j’ai des multiples talents.

L’obstacle à sauter : la chaise sans dossier

Sauter au dessus d’un mur c’est quelque chose d’assez naturel chez les chiens. Pour pratiquer à la maison, l’humaine a choisi une chaise de piano, car elle n’a pas de dossier et elle est assez lourde pour ne pas me tomber dessus si jamais je la touche avec les pattes.

En agility, un chien qui en sautant fait tomber une tuile d’un mur réglable est pénalisé par une faute. Quand on fait son parcours dans le salon, on s’inquiète plus pour la sécurité de son chien que par le respect des règles officielles.

Pour éviter que je me fasse mal, elle a calé la chaise contre un mur, pour plus de stabilité.  Sauter par dessus sans toucher la chaise est assez compliqué lorsqu’on pratique dans son appartement car on ne peut pas prendre trop d’élan, enfin sauf si on a un grand espace à disposition ce qui n’est pas souvent le cas, donc l’humaine me laisse poser mes pattes dessus et marquer un arrêt avant de redescendre. C’est super marrant quand même.

L’obstacle pour ramper en dessous

La chaise est multi-fonctionnelle. Surtout notre chaise de piano qui m’a aussi servi, quand j’étais un jeune chiot à tester mes dents sur le mobilier. Je sentais que j’avais un fort potentiel en design intérieur, mais l’humaine n’a pas de goût, elle n’a pas aimé mon style néo-moderniste. En tout cas, elle n’a pas changé de chaise de piano non plus et aujourd’hui elle s’en sert pour me faire ramper en dessous aussi.

En agility, cet obstacle pourrait être assimilé au tunnel rigide à travers lequel on passe, mais, évidemment, en plus court et moins anxiogène, car, avec la chaise, on arrive à voir le bout. Et à voir à travers aussi. Mais ça travaille, mine de rien, les aptitudes de se traîner par terre pour une croquette. Très utile dans la vie d’un chien.

Bonus : Improviser des obstacles à l’extérieur 

Lors de nos balades, l’humaine cherche toujours à me faire découvrir les alentours à travers tous mes sens. Dès qu’on tombe sur un obstacle à sauter ou un tronc d’arbre à escalader, je deviens un vrai yamakasi à 4 pattes. J’ai la chance de pouvoir exercer mes talents en agility partout et vous pouvez aussi jouer avec votre chien de cette manière.

Je vous le recommande, même, car c’est une bonne manière de s’amuser et faire descendre le stresse pour vous comme pour lui. La jungle urbaine présente plein d’obstacles surprenants et si vous avez la chance de vivre à la campagne, c’est encore mieux, chaque balade peut devenir une aventure. Dans ce cas précis, l’humaine me fait sauter par dessus un tronc d’arbre qu’on a trouvé dans le parc et elle m’invite à marcher en équilibre par dessus.

 

Voilà pour ce circuit d’agility à faire à la maison. Pas besoin, pour celui-ci, de spray ou cire anti-glisse, comme en compétition. Sauf si vous voulez faire comme mon humaine, qui a enfin trouvé une autre utilité pour la wax qu’elle utilise pour tartiner la planche de surf. Mais comme on n’est ni en été, ni près de la mer, je pense que ça lui manque. Et je la soupçonne de m’avoir badigeonné les coussinets de ce truc parce que ça sent bon la fraise.

En tout cas, j’espère que ces conseils vont vous inspirer et vous donner envie de tester chez vous un circuit d’agility fait avec les moyens de bord et à votre sauce. Quoi qu’il en soit, le plus important c’est de s’amuser et partager un moment de complicité.

Whiskey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s