Mes amis, les humains

Choisir ce que je préfère entre les humains et les chiens est assez facile pour moi : sans hésiter, je choisis les humains. Tout d’abord parce qu’en tant que border collie  je fais partie des chiens de travail. Cela veut dire que, depuis des siècles (depuis le XVIIème pour être précis), mes ancêtres ont travaillé beaucoup plus avec leurs maîtres qu’avec leurs paires. Les chiens de troupeau sont souvent amenés à travailler à plusieurs, mais chacun d’entre eux a un rôle bien précis dans le procès et ça signifie une vie plutôt solitaire, en fin de compte.

Deuxièmement, je me méfie de mes congénères depuis que je me suis fait attaquer quand j’étais encore un jeune chiot innocent. Il faut dire que depuis mon plus jeune âge, mes humains m’ont amené à la rencontre d’autres chiens, à peu près tous les jours. Une fois que j’ai eu tous mes vaccins, je suis allé à cet endroit de rencontre qu’ils appellent « le parc ». Là bas, j’ai croisé tout type de chiens. Mon humaine me disait que c’est par des essaies et des erreurs et en voyant les autres agir que j’apprendrai moi aussi à me comporter en société. Et ça se passait plutôt bien.

runwithurdog perfect fit

En même temps, je voyais aussi beaucoup d’humains. Tous les amis des miens venaient à la maison pour me rencontrer, m’amenaient des jouets et des friandises, il paraît que c’est la coutume chez les humains. C’est vrai que chez les chiens ça n’arrive pas de ramener une baballe à un clebs que tu ne connais même pas. Déjà quand je connais, je n’ai pas très envie de partager, vous imaginez, vous, donner tout simplement vos jouets à quelqu’un d’autre ? On rencontrait aussi beaucoup d’humains dans la rue qui s’émerveillaient déjà de ma beauté et demandaient de me faire des câlins.

Puis, un jour, on est partis en vacances. Les vacances c’est chouette, parce que les humains ont plus de temps pour toi. On passait nos journées ensemble, à faire de longues balades sur la plage et nager dans l’océan. Un jour, lorsque je gambadais insouciant devant mes humains, j’ai entendu un bruit de galop furieux en ma direction. Je n’ai pas eu le temps de lever la tête et voir ce qui fonçait sur moi, que j’ai senti un fort impact sur mon flanc gauche. Apeuré, j’ai à peine eu le temps de réaliser que je me faisais agresser et que j’étais trop petit et trop faible pour riposter. Je me suis donc laissé faire, sans même m’y opposer. Je pense que la panique qui avait pris le dessus sur moi ce jour-là a laissé des traces pour toujours.

Depuis ce moment-là, ma relation avec les chiens a basculé. Je m’en méfie, car on ne sait jamais lequel d’entre eux pourraient me faire la même chose que ce chien sur la plage. Mon humaine se moque de moi en disant que je n’était déjà pas très courageux dès le départ, mais maintenant je ne me fais plus avoir. Si je ne suis pas très sympa avec mes congénères, c’est parce qu’au plus profond de moi, j’en ai encore peur.

Je ne suis pas complètement sauvage non plus, hein. Bon si, si vous écoutez mon humaine. En vrai, si le chien que je croise a un langage corporel positif ou de soumission, ça me rassure et je réagis de manière plutôt cool. Mais je dois être d’abord reconnu dans mon rôle de alfa. Une fois que c’est fait, je permets à l’autre de me renifler et je lui renifle également les fesses, c’est de la pure politesse, voyons ! Je n’ai toujours pas compris pourquoi les humains ne font pas ça au lieu de se faire la bise lorsqu’ils se rencontrent. C’est ridicule.

Après, si le chien que j’ai en face est joueur, on peut passer un bon moment à se courir après, à faire des roulades et à tirer chacun d’un bout du bâton pour voir lequel est le plus fort. Évidemment, c’est souvent moi. L’humaine se moque, en disant que c’est normal, je ne choisis que des copains lilliputiens. Est-ce de ma faute si mon meilleur ami est un spitz nain de 6 kilos tout mouillé et si grâce à lui j’ai découvert que ce qui est petit est aussi mignon ? Est-ce de ma faute si je vis avec un chien en mini-format à la maison également ? Les goûts et les couleurs, les amis !

Comme on vit à Paris, ça ne m’arrive presque jamais de rencontrer un autre chien lorsqu’on est tous les deux libres. Et, honnêtement, je trouve que c’est la seule manière de laquelle deux chiens devraient se rencontrer. Lorsque je croise des chiens et qu’on est tous les deux détachés, on peut s’éviter si on n’a pas envie de se dire bonjour ou on peut s’approcher en décryptant le langage corporel de l’autre. Il y a des codes d’évitement, des signaux d’intérêt et tout un protocole d’approche qui doit être respecté pour être sûr que les rencontres se passent bien.

runwithurdog perfect fit

Je vous conseille vivement d’éviter d’imposer des rencontres à votre chien. Et lorsqu’il est en laisse, il n’a pas vraiment le choix. La laisse fausse une bonne partie du message, car on ne peut pas se tourner autour comme on le ferait en temps normal : vous avez assisté au moins une fois dans votre vie à une scène ou les laisses s’emmêlent, n’est-ce pas ? De même, la laisse peut dénaturer la conversation entre deux chiens, car toute tension ressentie dans la laisse peut être interprétée comme une agression ou une crainte manifestée par son humain, ce qui mène à peu près au même résultat.

Vous l’aurez compris, je ne suis pas du tout fan des rencontres en laisse, même si parfois c’est juste inévitable et que j’ai rencontré beaucoup de chiens de cette manière.

runwithurdog perfect fit basic runners

En ce qui concerne les humains, je suis moins exigent, mine de rien. En même temps, aucun d’entre eux ne m’a encore mordu. Sauf le petit Léo, dix mois et pas toutes ses dents. Ça ne compte pas, il m’avait pris pour du chocolat. J’aime bien les humains et surtout les humaines, je vois dans leurs yeux que je suis beau et c’est assez flatteur. Quand les copines de mon humaine viennent à la maison, je leur saute dans les bras, je suis ravi de ces rencontres.

Souvent, dans la rue, les gens s’arrêtent pour me regarder. Il y en a même qui demandent à me prendre en photo ou à se prendre en photo avec moi. Oui oui, certains me reconnaissent même des réseaux sociaux. On ne m’a pas encore demandé d’autographe, il paraît qu’il faut absolument avoir de pouce pour en signer.

runwithurdog perfect fit

En tout cas, les humains sont mes copains, surtout ceux qui me jettent des balles. Je pourrais passer des heures à les leur ramener. C’est d’ailleurs la méthode préférée de mes humains pour me présenter de nouveaux gens, ils leurs demandent de me jeter une balle. C’est un peu comme un drapeau blanc pour moi, ça dit « je viens en ami ».

Quelques conseils quand même, lorsque vous approchez un chien que vous ne connaissez pas :

1. Ne le fixez jamais sans cligner des yeux, des fois les humains oublient de le faire et ça leur donne un air flippant et menaçant. C’est important de cligner des yeux, hein, vous n’êtes pas des robots.

2. Ne tendez pas votre main dans sa direction de manière précipitée et surtout pas par dessus sa tête. S’il s’agit d’un dominant, comme moi, on ne me mets pas la main sur la tête si on ne s’est pas encore reniflé les fesses, on s’est pris pour qui ?

3. Pire encore, ne lui tendez pas une main hésitante en la retirant apeuré chaque fois qu’il s’approche. C’est louche comme comportement, il risque de ne pas comprendre le message.

runwithurdog perfect fit

4. Ne vous baissez pas à son niveau non plus, cela peut passer pour un affront, on se met devant quelqu’un quand on a envie de le défier, chez les chiens.

5. Laissez plutôt le chien s’approcher de vous à sa guise et à son rythme, on n’aime pas être pressés quand on rencontre un nouvel humain. Je sais que ça fait longtemps, mais je descends du loup, mine de rien, certaines choses sont transmises dans le ADN.

6. Parlez-lui sur un ton doux et monocorde, les gens qui changent d’intensité ou de tonalité m’exaspèrent, personnellement, car on ne perçoit décidément pas les sons de la même manière.

7. Ne touchez jamais un chien avant de demander l’autorisation à son humain. Ça m’arrive parfois, quand je me balade avec l’humaine de sentir une main venir dans ma direction de nulle part et ça, je n’aime pas. Ces humains-là ont le droit au plus large de mes sourires, avec toutes les dents bien aiguisées, pour leur faire comprendre que si on ne se connaît ni d’Adam, ni d’Eve c’est pas la peine de me prendre pour leur toutou, je suis loin d’être un toutou, madame !

8. Si on vous l’a autorisé et que vous l’avez d’abord laissé s’habituer à votre présence, sentir votre odeur et comprendre à travers votre voix que vos intentions sont amicales, approchez le chien par le bas, touchez plutôt le devant de son cou que ça tête.

Voilà mes conseils en ce qui concerne la découverte de nouveaux amis. Dites-moi si ça marche pareil chez vous ou vous avez d’autres techniques.

Whiskey

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s